Le Populaire
Actualités Conakry Guinee Politique

Affaire bauxite de Boké : la SMB, Fadi Wazni, le clan Condé et le Code minier, à qui la faute?

Les questions qui vaillent la peine d’être posées sont celles relatives aux 20 milliards de dollars attribués à la Guinée par le gouvernement chinois, au contenu de la convention de soutien aux sociétés du consortium minier SMB à exercer leurs activités sans aucune interruption, même en cas de grève ; aux procédures de paiement des taxes et redevances minières, à la fixation du barème de salaire, aux fameux contrats de transport, aux rétro-commissions  allant de 0,6 à 1 dollars sur chaque tonne de bauxite et au dispositions du Code minier.

Un éclairage de Tibou Diaby, activiste social, membre du Fndc basé à Kolaboui, Boké. Ouvrez grand les yeux, gens qui vous attaquez aux sociétés minières, notamment à la personne de monsieur Fadi Wazni, le PCA du consortium SMB. Vous vous trompez complètement de cible!

Il faut oser le dire, le désormais ex-président de la république, le professeur Alpha Condé, n’a pas été à la hauteur. La convention qui a été signée entre la Guinée et SMB était claire, et chacun devait jouer sa partition: L’exploitant exporte son minerais et le gouvernement développe le pays avec les fruits issus des exportations.

Evidemment, dans les règles de l’art, en respectant l’environnement, en respectant le contenu local, en donnant les 0,5% ou 1% du Fodel, etc. Mais la construction des routes, la distribution de l’électricité et de l’eau courante, en résumé la mise en place des infrastructures de base, relèvent assez de la responsabilité des autorités et du gouvernement. En aucun cas les sociétés minières privées n’ont de responsabilité dans le développement des éléments cités.

Les guinéens doivent se poser des bonnes questions pour ne pas rater sa cible : Comment sont utilisés les 20 milliards de dollars attribués à la Guinée par le gouvernement chinois? Est-ce que l’argent de la convention a été bien orienté, bien réparti pour, notamment la construction de nos routes, nous donner le courant et l’eau, construire des hôpitaux, etc. ? Pourquoi l’Etat défendait tant les sociétés minières à exercer leurs activités sans aucune interruption, même en cas de grève ; l’Etat déployait tous ses efforts et sa force pour mater et endiguer tout mouvement de protestation ? Avec le régime précédent, est-ce que les sociétés minières, notamment le consortium SMB pouvait rester sans honorer le paiement des taxes de leurs exploitations ? Qui a intimé l’ordre au consortium de ne pas aller au-delà du barème de salaire pour empocher le reste ?

Pourquoi tous ces dignitaires (ministres et députés) avaient des contrats de transport, pourtant bel et bien  interdits dans le code minier ? Où est-ce que ces dignitaires ont détourné de si grandes fortunes pour se constituer des flottes de camions pouvant dépasser les 100 unités neuves, qui variaient entre 750 millions et 1,5 milliards de Francs guinéens ? Pourquoi les petits du régime précédent avaient des avantages, des faveurs accordées par le grand du gouvernement, surtout dans le domaine du transport, ces gens engrangeaient entre 0,6 à 1 dollars de commissions sur chaque tonne de bauxite transporté ?

Ne nous trompons pas de cible! Les véritables pilleurs de la république sont bel et bien guinéens, et tout le monde sait qui sont ces gens qui se sont partagés ce gâteau en toute impunité, à la vue et aux yeux de tous ! Le PM d’alors Kassory, le ministre des Mines d’alors Magassouba, le ministre de la Défense d’alors Dr Diané, le président de la soit-disante Assemblée nationale Damaro, l’intendant du professeur, Bill Gates Sylla et d’autres se sont tout permis pour s’enrichir dans l’exploitation minière chez moi à Kakandé.

Force est de constater que nous avons été les premiers directement impactés par cette exploitation. Les taxes de protection de l’environnement étaient versées mais n’ont profité qu’aux dignitaires de l’ancien régime sans cœur à travers des détournements systématiques et nous qui nous ont laissés à la merci de la nature…

Fadi Wazni et son consortium ont respecté le contenu de la convention, mais c’est l’Etat (à travers ses représentants) qui avait refusé de répartir les richesses publiques et c’est ce qui nous conduit dans cette totale précarité…

Faisons preuves de retenue et prenons bien le temps de l’analyse et de la réflexion avant de porter toute accusation ! Et continuons à dénoncer toutes les exactions du régime déchu !

 Par Tibou Diaby

Related posts

Salon des entrepreneurs: écho du 3e Focus Saden

Diallo Tidian

Libre tribune: “Pour un gouvernement de transition en Guinée !”

Diallo Tidian

“Cette année, je passe de l’indignation à l’appel à l’action” (Abdoul Diallo)

Diallo Tidian