Le Populaire
Actualités Afrique Art & Culture Diaspora Education Politique Sociéte

Apprenons à vivre ensemble et ouvrons notre cœur au monde ! (Par Alpha Abdoulaye Diallo)

Chers frères et amis qui avons Facebook en partage, ne vous laissez pas tromper. Je vous écris ces lignes, parce que je ne suis pas d’accord avec cette forme de conception de la vie en société et particulièrement du mariage, que je viens de lire sur certaines de vos pages. Car, après tout, je me dis qu’on ne doit pas se laisser aveugler par les prêches des prophètes de la division.

Si nous tenons pour vrai que les êtres humains que nous sommes, descendons tous d’un seul homme et d’une seule et unique femme (selon le Coran, l’Évangile, la Thora et la Jabbour), Adama et Hawa (Adam et Ève). Et qu’après, viennent la couleur de la peau, la différence de religion, de langue, de région d’habitation et d’appartenance à un groupe social s’identifiant comme tel.

Et puis, qui sait si nous n’avons pas tous le sang Tutsi, Bambara, Djalonké, Djerma, Haoussa, Berbère, ou encore Peul dans nos veines ? Qui sait si les fondateurs de mon village de Karakan ne venaient pas de l’Ouzbékistan ? Qui sait aussi si les sédentaires de Koundara n’étaient des émigrés du Tchad ?

Quand nous interrogeons notre propre arbre généalogique, nous apprendrons à rester nous-mêmes entant que fruit d’un métissage ancien ou récent. Certainement, notre nom d’origine peul “Dian” secondé par un emprunt arabe “Mamadou” – qui n’a rien à voir avec notre pulaaku – est un greffage. L’accent pulaaku a été vicié, sinon “Dian” devait s’écrire comme il se prononce “Djam”. Voyez-vous ? Même le nom de l’ancien Etat peul du Fouta-Djalon, a été conçu pour et par le métissage Fuuto Djalonké. Quand vous prenez le cas de notre ami Mamadou Dian, vous vous rendrez compte qu’il n’est pas un peul de souche.

Alpha Abdoulaye Diallo est éditeur, Directeur de publication de l’hebdomadaire guinéen ”Le Populaire et de son site internet lepopulaireguinee.com

Il résulte d’un métissage, soit d’une arrière-grand-mère noire d’origine ou métissée paléo-nigritique. La preuve, nos aïeux fulbhè vivant dans le Sinaï sous la conduite de notre ancêtre le plus connu Toro (la région située entre Israël, Palestine, les pays du Tigre et de l’Euphrate et l’Egypte où le pular était bien parlé) avaient la couleur pulh (ni tout à fait blanche, ni tout à fait rouge) à l’origine. C’étaient des fulbè.

La grande montagne qui les protégeait des razzias était appelée par les envahisseurs «Tur-sinai », et par déformation, en langue arabe Tour Sinai. Ou encore en fulfuldè : « Toro hirsi na’i » pour désigner la région du grand pâturage ainsi que l’autel de sacrifice de bœufs par Toro. Entre-eux, ils s’appelaient fulubhè, leur parlé fulfuldhè ou pular, leurs us et coutumes pulaaku.

Alors, il n’est jamais trop tard pour rectifier le tir, ouvrir grands les yeux et voir le monde en perpétuel changement. Comprendre une fois pour toute qu’hier, nos parents nés eux-mêmes de parents pur-sang ont compris qu’ils ne pouvaient s’enfermer éternellement dans l’endogamie grégaire, et que maintenant au carrefour des rencontres d’émigration en immigration, de brassage d’us et coutumes, de rituels d’alliance maritale et de dévouement au principe de bon voisinage, le monde est devenu village.

A présent, le vivre ensemble nous rassemble tous sous le toit multicolore de notre humanité donc, de notre appartenance à la case d’Adam et Eve.

J’ai dit.

Related posts

Papa Kouyaté n’est pas mort !

Diallo Tidian

Credit Suisse: Tidjane Thiam démissionne

Diallo Tidian

Le Burkina Faso renforce la capacité des journalistes de la sous-région en santé de la reproduction et de la planification familiale

Diallo Tidian