Vous êtes ici : Accueil » Blog » Confédération générale des entreprises de Guinée : Fédérations et associations patronales priées de se faire enregistrer
ActualitésConakryEconomieGuineePolitique

Confédération générale des entreprises de Guinée : Fédérations et associations patronales priées de se faire enregistrer

La mise en place de la Confédération générale des entreprises de Guinée suit son petit bonhomme de chemin. Après la réconciliation entre les quatre patronats et l’installation d’un bureau exécutif provisoire, la CGE-GUI lance un appel à l’endroit de toutes les Fédérations Patronales et Associations Professionnelles afin de se retrouver et à se faire enregistrer auprès de son secrétariat (voir courrier).

À ce jour, le patronat guinéen unifié (officiellement baptisé Confédération générale des entreprises de Guinée CGE-GUI) est dirigé par un bureau exécutif provisoire. Bureau provisoirement présidé par Ansoumane Kaba alias Kaba Guiter, lequel est assisté de trois vice-présidents aux prérogatives bien définies : – Mohamed Habib Hann, chargé de la Gouvernance et du Développement – Kerfalla Person Camara KPC, en charge de l’International – Ismaël Keïta, qui s’occupe de la Communication.

Conformément à l’accord-cadre qui a permis l’unification des quatre patronats, le bureau exécutif provisoire a trouvé du bien dans la gestion collégiale des affaires courantes. Cette collégialité consacrée par la bande des quatre est vite devenue synonyme de convivialité dans un climat d’acceptation, de respect, de confiance nécessaire à l’engagement dans la collaboration. Perspectives prometteuses Le bureau exécutif provisoire de la mega-structure a pour mission de mobiliser et réorganiser toutes les Fédérations Patronales dans l’expectative d’un congrès électif.

Tel que le répètent les spécialistes, ce bureau provisoirement installé va s’atteler à la mobilisation, à la réorganisation, à la rédaction des textes législatifs et réglementaires de la Confédération. Autant dire que l’unisson affichée par les quatre self-made-men est le début d’un processus, censé aboutir à l’élection d’un président et d’un bureau exécutif légitimes, librement choisis par leurs mandants, auréolés d’une feuille de route et d’une mandature déterminées. Interpellation des associations professionnelles et fédérations patronales agréées L’ensemble des associations professionnelles et des fédérations patronales sont priées de se faire enregistrer auprès du Secrétariat de la CGE-GUI, qui a pignon sur rue à la Cité Chemins de fer, immeuble Labé (dans la mairie de Kaloum). Ce, avant le 22 avril 2022.

Cette demande a été lancée par Ansoumane Kaba Guiter, à la lumière du courrier estampillé N°001/PDT/CGEGUI/04/22, le tout premier qu’il a signé en tant que président provisoirement désigné par ses pairs. « Ces informations serviront de base de données pour l’unification des fédérations en vue de meubler les postes prévus au sein du bureau exécutif provisoire », précise la missive. Agir de concert, pas comme des larrons en foire L’entente affichée par le quatuor, qui se matérialise par la mise en place de la CGE-GUI, est du goût du CNRD.

Le patronat guinéen devant le président de la transition

Le jeudi, le groupe des quatre a été reçu au palais présidentiel, par le maître des céans. Le colonel Mamadi Doumbouya se dit très satisfait du travail accompli et du bilan à mi-parcours. Il les invite à cultiver l’entente afin de faire du patronat guinéen, un secteur pourvoyeur d’emplois et un vecteur de croissance. Le président les a assurés de son soutien et de son engagement à œuvrer sans relâche pour le renforcement du secteur privé. Le Président de la République a plaidé pour l’unité d’action, nécessaire au rayonnement du patronat guinéen sur la scène internationale.

 

Il a incité ces acteurs majeurs du secteur privé à l’édulcoration d’une vision du monde plus futuriste, débarrassée de tout comportement malsain: vitupération, égoïsme, duplicité, jalousie, etc. Un délai très court Toutes les Fédérations Patronales et Associations Professionnelles doivent s’activer et se formaliser autour de ce grand ensemble qu’est la CGE-GUI. Ce, pour aller au meublage du bureau exécutif provisoire. C’est un préalable et une étape qui constitue l’un des préparatifs annoncés avant le « grand remplacement » que seul le congrès électif pourrait permettre.

En attendant cette ultime retrouvaille de la démocratie, le bureau exécutif provisoire s’attelle à l’évacuation des affaires courantes, à la restructuration du secteur privé et plus tard, à la rédaction des statuts, du règlement intérieur et aux différents préparatifs de ce grand congrès où toutes les structures patronales affiliées s’exprimeront par les urnes pour désigner un bureau exécutif légitime.

A ce stade, peut-on dire sans risque de se tromper, que de nombreuses étapes ont été franchies. Les espoirs d’un secteur privé guinéen très fort sont permis. Tout de même, la CGE-GUI doit éviter de procéder à la va-vite et bâcler son travail, car le délai de deux semaines, accordé aux fédérations patronales et associations professionnelles semble très juste. Il faut leur accorder du temps, vu les aléas de la vie et les contraintes entreprenariales.

Par Sambegou Diallo

Related posts

Partenariat de Ouagadougou : Bintou Bamba présente son bilan annuel à Cotonou

Diallo Tidian

Aissatou Chérif Baldé annonce l’annulation de la manif du 19 juillet devant l’ambassade de Guinée à Berlin

Diallo Tidian

L’opposition s’impose, le dialogue s’annonce

Diallo Tidian