Le Populaire
Actualités Conakry Guinee Politique

Dialogue national : des avis pour et contre un rendez-vous annoncé

Depuis la prison principale de Conakry, la Maison centrale de Coronthie, les détenus politiques de l’Union des forces démocratiques de guinée (Ufdg) : Ibrahima Chérif Bah Vice-président, Ousmane Gaoual Diallo Directeur de la Communication et Mamadou Cellou Baldé Coordinateur des fédérations de l’intérieur, ont cosigné une tribune dans laquelle ils ont appelé, le 2 juin 2021, leur formation politique à participer au dialogue qui se profile à l’horizon.

Ce message fort du trio sur la nécessité de dialoguer avec le régime Alpha Condé en compagnie du Secrétaire permanent, l’ancien dignitaire controversé du régime défunt, Fodé Bangoura, continue de diviser l’opinion. Lisez !

Solidaire avec les prisonniers (Maréga)

«Je suis solidaire à cette tribune et, je suis favorable au cadre de dialogue », a déclaré l’ancien député uninominal de Dinguiraye sous la bannière de l’Ufdg. Lors d’un entretien avec un reporter du Populaire, le mardi 7 juin 2021, Dr Fodé Bocar Maréga a mis à nu les divergences internes au principal parti d’opposition autour de cette question d’actualité.

« Il faut aller au dialogue pour obtenir la libération des détenus politiques », a insisté Dr Maréga, réaffirmant sa solidarité avec les prisonniers politiques auteurs de l’appel au dialogue avec le pouvoir en place. «La priorité aujourd’hui, c’est la libération de nos prisonniers. Et c’est ce qui est le plus important», aux yeux de l’ancien député de la ville sainte.

Une manipulation (Dr Ballal Koyin)

Le président du parti politique dénommé Mouvement pour la solidarité et le développement (Msd) n’est pas du même avis. Le médecin Dr Abdoulaye Diallo, plus connu sous le nom de Dr Ballal Koyin, soutient que «cette tribune des trois détenus politiques de l’Ufdg » résulte d’une manœuvre d’intimidation du régime Alpha Condé.

Dr Diallo, « reste pessimiste» quant à la réussite de ce cadre de dialogue. Il affirme à cet effet que «  ce dialogue n’aura sa raison d’être » que « dans la mesure où les responsables de l’Ufdg détenus sans motifs » auront tous été libérés. Toutefois, le leader du Msd dit qu’il n’est «pas d’accord lorsque Cellou Dalein Diallo veut qu’on reconnaisse sa victoire à la présidentielle de 2020, avant que sa formation politique ne participe à ce cadre de dialogue ». Dr Ballal Koyin se demande d’ailleurs de « quelle victoire Dalein Diallo et son parti sont-ils en train de faire à l’allusion » quand l’on sait que «cette présidentielle de 2020 n’était pas crédible».

 Ça ne marchera pas ! (Bayo)

 Au sein de l’état-major du Parti socialiste (PS) et membre influent de l’Alliance nationale pour l’alternance démocratique (Anad), l’opinion admise est que cette affaire de tribune dont la paternité est attribuée au trio en prison est une ruse visant à « diviser l’Ufdg . Et ça, ça ne marchera pas !».

L’écrivain Thierno Seydou Bayo et leader du Ps dit haut et fort : « ce cadre de dialogue qu’envisage ce régime sans pitié, n’est qu’un faux et usage de faux ». Il n’aura « un sens de réussite » que « si la victoire de Cellou Dalein Diallo à la présidentielle de 2020 est reconnue haut la main ».

Même son de cloche dans l’appareil dirigeant de l’Ufdg où un Conseil politique a décidé, mercredi 9 juin 2021, que le parti de Cellou Dalein Diallo « s’abstienne de tout commentaire sur la question du dialogue politique tant que les cadres et militants de l’Ufdg de l’Anad et du Fndc seront maintenus en prison, les bâtiments de l’Ufdg abritant son siège et ses bureaux seront fermés et occupés par les forces de défense et de sécurité, le président du parti, son épouse et ses proches collaborateurs seront arbitrairement privés de leurs droits et libertés de voyager ».

Vers un monologue

Cela revient à souligner que le dialogue annoncé par le gouvernement, et piloté par un cadre permanent dont le secrétariat est confié à M. Bangoura, salutaire soit-il, sera mis en branle sans la participation effective et la contribution du principal parti d’opposition.

Dans un contexte politique marqué par une décennie de contestations violentes et des prises de positions tranchées sur le contentieux électoral et dans un pays où la société civile ou ce qu’il en reste a montré ses limites, ce dialogue serait semblable à un monologue officiel avec un tour de table partant et revenant au gouvernement et à ses soutiens de la mouvance présidentielle.

Par Léon Kolié

Related posts

L’accusé Naïté apparait comme une cible à abattre [Par Alpha Abdoulaye Diallo]

Diallo Tidian

Deux présumés assassins de Sosthène Loua dans le filet des enquêteurs

Diallo Tidian

Annonce de sacrifice du Quarantième jour

Diallo Tidian