Actualités Art & Culture

Entrevue : Laure d’Hauteville dévoile la foire qui fait de Beyrouth la capitale de l’art du Moyen Orient

Beirut Art Fair est la foire artistique qui fait  de Beyrouth, pendant une semaine, la capitale de l’art contemporain dans la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord. Sa fondatrice présente ce rendez-vous annuel devenu culte.

Le Populaire: Quelle est la nouvelle dimension de cette foire qui est à sa 10e édition?
Laure d’Hauteville: BEIRUT ART FAIR est une foire internationale d’art moderne et contemporain axée sur les scènes du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (région MENA), qui, en 10 ans, s’est positionnée comme l’un des évènements les plus importants du calendrier culturel régional et jouit d’une reconnaissance et d’un rayonnement mondial. En dix ans, BEIRUT ART FAIR  a considérablement élargi sa portée artistique internationale. En 2018, le nombre d’entrées a été de 32.000 contre 3.500 en 2010 ! Cette année, BEIRUT ART FAIR réaffirme son engagement pour la découverte de la scène contemporaine internationale et souhaite, pour ses 10 ans, célébrer le Liban et ses richesses parfois inconnues du public, en mettant en scène des œuvres exceptionnelles et inédites provenant de collections privées.
La foire présentera des expériences artistiques diverses en parallèle aux stands des galeries, dans un esprit d’ouverture et d’innovation, et de création de liens dans l’espace et le temps. Entre autres évènements, BEIRUT ART FAIR exposera, sous le même toit, des artistes émergents des territoires ME.NA (Middle East, North Africa), dans la section REVEALING by SGBL, puis des icones de l’art historique et moderne mondial, avec une exposition muséale d’œuvres sur le thème du Liban, et enfin pour la première fois, des œuvres inédites de l’artiste majeur du modernisme libanais Hussein Madi.

Le Liban a la réputation d’être une oasis de dialogue des cultures. Comment parvenez-vous à perpétuer la touche artistique de BEIRUT ART FAIR dans cette dynamique d’émulation créative ? 
Dès ses débuts, BEIRUT ART FAIR a mis en relief la position stratégique de Beyrouth, nœud culturel essentiel non seulement au sein du Moyen-Orient, mais aussi sur la Route de la Soie transversale, un pont entre Orient et Occident. La ville, bâtie au cœur du Croissant Fertile, le berceau des civilisations, est riche d’une tradition de création culturelle et de résilience face aux vicissitudes de l’Histoire. Riche de 6 000 ans de culture, Beyrouth est aujourd’hui un hub artistique hyperactif, où se multiplient les initiatives, tant au niveau des institutions (musées, centres d’art contemporain, fondations…) qu’à celui des galeries dynamiques et collectionneurs très actifs. BEIRUT ART FAIR est un évènement catalyseur dans la vie artistique et est fière de galvaniser cette scène. De nombreux autres évènements prennent place, en septembre, autour de la foire, pour notre plus grande joie !

Par ces temps où la montée de l’intolérance dans les quatre coins du globe préoccupe le monde libre, vous prenez là une part active dans la promotion d’un élan sous-régional plus avenant, et résolument ouvert à la solidarité dans la différence et au partage des valeurs qui fondent le vivre-ensemble. C’est bien cela l’autre message fort de BEIRUT ART FAIR ?
Absolument. L’art représente fondamentalement un vecteur de paix ; dans un monde où les peuples, les pays et les communautés tendent à se refermer de plus en plus sur eux-mêmes, l’art crée des liens humains, au lieu de les briser. Si l’humanité est plus que jamais connectée par le numérique, elle est aussi de plus en plus divisée par des barrières physiques, communautaires ou mentales. BEIRUT ART FAIR s’engage à soulever ces murs, et à promouvoir le dialogue interculturel, et les échanges d’idées fécondes entre artistes, amateurs, professionnels et collectionneurs.

D’où tirez-vous toute cette énergie inépuisable qui vous anime à toujours faire bien et mieux pour attirer davantage de visiteurs dans cet événement annuel ?
Je suis présente au Liban depuis 28 ans et en ai fait mon pays d’adoption.

Un mot sur Beyrouth, la capitale, qui est une Destination touristique très prisée.
Beyrouth est une ville culturellement et artistiquement très riche, depuis ses sites archéologiques jusqu’aux centres d’art contemporain, sans compter l’hyperactivité des scènes musicale, théâtrale, et de la danse, qu’elles soient alternatives ou se produisent dans des festivals internationaux. Beyrouth est aussi reconnue mondialement pour son sens de la fête, pour ses plages, pour sa gastronomie, ce qui ne fait qu’accroitre son intérêt pour les visiteurs étrangers. Une ville cosmopolite, un «melting pot» de communautés ethniques et religieuses, Beyrouth symbolise le brassage linguistique et culturel – on y parle arabe, français et anglais de manière quasi interchangeable, aux côtés d’une dizaine d’autres langues. Son esprit de liberté, de tolérance, de dialogue et de générosité est incomparable. C’est cela qui, plus profondément, fait son attrait depuis des millénaires. BEIRUT ART FAIR adopte et promeut les valeurs de sa ville d’accueil et s’inscrit dans la continuité de sa diversité historique..

Par Ahmed Tidiane Diallo (Le Populaire)

Related posts

Dinguiraye, l’heure est au dialogue et plus rien ne sera comme avant !

Diallo Tidian

Lamine Guirassy, l’homme qui fait briller les autres !

Violences politiques en Guinée : Alerte rouge, déjà 114 tués en 9 ans

Diallo Tidian

Leave a Comment

1 TIME OFFER !

OFFRE SPÉCIALE RENTRÉE : Profitez de -30% sur votre abonnement de 1 an sur le Populaire guinée Digital

Abonnez-vous !