Le Populaire
Actualités Conakry Guinee Politique

La Guinée avance d’un pas au classement RSF: “cela ne va pas cacher la réalité que nous vivons ici”

Comme nous vous l’annoncions dans l’une de nos précédentes publications, Reporters Sans Frontières (RSF) a publié mardi, 20 avril, son rapport sur la liberté de la presse. Sur 180 pays évalués, la Guinée a été classée 109 contrairement à l’année dernière où elle avait occupé la 110ème place. Ce qui paraît pour certains professionnels de la presse guinéenne comme une avancée significative en matière de liberté de la presse dans notre pays.
Interrogé à ce sujet ce mercredi, Alpha Abdoulaye Diallo, président de l’association guinéenne des éditeurs de la presse indépendante (AGEPI), a salué cette progression de la Guinée.
“Nous accueillons avec ferveur ce classement de la Guinée. Nous estimons que la Guinée avance et que la liberté de la presse s’exerce dans le pays. Nous estimons aussi qu’il s’agira de deux défis qui se présentent à nous autres professionnels des médias mais aussi aux pouvoirs publics. Parce que nous, au niveau de la presse, nous devons continuer à travailler dans le respect de l’éthique et de la déontologie de notre métier. Quant aux pouvoirs publics, ils sont appelés à appliquer et à faire appliquer la loi L002 portant liberté de la presse en Guinée et mettre de côté cette loi sur la cybercriminalité quand il s’agit du délit de presse comme c’est le cas d’Ibrahima Sadjo Bah et du doyen Amadou Djouldé Diallo qui sont actuellement en détention”, a-t-il entamé.
A en croire notre interlocuteur, ce classement de la Guinée n’est pas du hasard. Pour Alpha Abdoulaye Diallo, cela s’explique par plusieurs facteurs sur lesquels il faudra davantage y travailler.
“Reporters Sans Frontières a ses critères, ses propres lois et principes. Lorsque RSF donne des points à la Guinée, cela voudrait dire que le pays a rempli certains critères. Nous, nous apprécions du fait que le pays avance. C’est-à-dire, le fait que la Guinée progresse et qu’elle ne régresse pas. Mais, cela ne va pas cacher la réalité que nous vivons ici puisque pratiquement depuis fin 2020, nous évoluons ici dans une situation très difficile dû au fait que les pouvoirs publics voudraient soumettre ceux qui critiquent à des manières acerbes. Nous estimons aussi que si à partir de cette année, les pouvoirs publics et les usagers de la presse continuent à bien faire leur travail, l’année prochaine et les années à venir, la Guinée sera très bien classée. En ce moment là, la Guinée va projeter d’elle une bonne image dans le cadre de la promotion de la liberté de la presse en Guinée”,  a indiqué le patron de l’AGEPI.
Mamadou Aliou Barry
Guineepremiere.com

Related posts

Badra Koné, nouveau leader des jeunes de l’Ufr

Ehadj Aboubacar Diallo Kaba

Mme Barry Mariama Sadjo Diallo n’est plus!

Diallo Tidian

Guinée : l’État joue-t-il la carte d’apaisement après la lavée du contrôle judiciaire contre le patron de Lynx FM et le DG du média concerné ?

Ehadj Aboubacar Diallo Kaba