Actualités Economie

L’appel d’Alpha Condé au référendum Un pied de nez au PM Kassory Fofana

Après lui avoir instruit d’engager des consultations avec les acteurs politiques et sociaux sur la Constitution et les élections législatives, Alpha Condé aurait dû tout simplement attendre les recommandations de son premier ministre avant d’appeler ses partisans à se préparer au référendum. C’est là un pied de nez à Kassory Fofana.

Il ne pouvait plus aussi clairement exprimer sa volonté de changer la Constitution pour s’offrir une présidence à vie. Ceux qui en doutaient jusque-là vont devoir se rendre à l’évidence. Puisque voilà, qu’au cours d’une rencontre, dimanche 22 septembre 2019 aux Etats unis avec la communauté guinéenne, Alpha Condé a demandé à se préparer pour le référendum et les élections législatives. «Je vous demande de vous organiser et de vous préparer pour le référendum et les élections. Ce qui veut dire que ceux qui n’ont pas leurs cartes d’électeurs doivent commencer à se recenser ». Quelques jours plutôt, Alpha Condé avait instruit son Premier ministre, dans l’adresse à la nation (du 4 septembre 2019), d’initier des consultations «avec les institutions républicaines, les partis politiques, les syndicats, les organisations de la société civile».

Ce qui devait permettre de «recueillir les avis des uns et des autres». Mais voilà ! Le président de la République n’a pas attendu, comme il se devait de le faire en pareil cas, les recommandations ou le rapport pour exprimer sa position, mettant ainsi Kassory Fofana dans une situation délicate et en donna raison aux membres du Front national pour la défense de la Constitution (Fndc) qui avaient dénoncé «un simulacre de consultation».

«Le président de la République a parlé au conditionnel», a réagit le Premier ministre qui assure que «ces consultations sont utiles. (…) Je suis là pour écouter et prendre acte des demandes de tous les partis. L’opposition est allé trop vite en besogne en refusant d’y participer. Je continue mon travail. Dans deux semaines, quand j’aurai mené toutes les consultations, je ferai un bilan. C’est à ce moment-là qu’une décision pourra être prise concernant la tenue ou non d’un référendum », a-t-il soutenu. A elle seule, cette déclaration démontre la gêne qu’a suscitée chez Premier ministre la sortie d’Alpha Condé.
En revanche, le président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle, Amadou Damaro Camara s’est montré confiant quand il a rétorqué que «les consultations (en cours) montrent que la tendance est en faveur d’un référendum pour une nouvelle Constitution». Le chef de file de l’opposition, Cellou Dalein Diallo a considéré quant à lui que les consultations sont une «mascarade» et a prévenu que les citoyens ne vont pas permettre le référendum pour changer la Constitution. «Les Guinéens ne toléreront pas ce passage en force anti-démocratique », a-t-il dit tout en invitant ses militants à se tenir prêts et à rester mobilisés pour « l a reprise des manifestations de rue qui est le seul langage qu’Alpha Condé comprend».

Réagissant à cette menace de l’opposition, le ministre de la Sécurité, Alpha Ibrahima Kéira a averti qu’aucune manifestation de rue ne sera tolérée et que «l’ordre sera maintenu vaille que vaille» et… « sans état d’âme». Des positions qui laissent rappeler qu’en juin dernier, un affrontement entre militants pro et anti 3e mandat avait fait un mort, 34 blessés et entrainé le pillage de plusieurs commerces dans la ville de Nzérékoré. Même si depuis cet événement douloureux, des affrontements n’ont pas été enregistrés à travers le pays, au regard de la situation sociale et politique actuelle, l’on peut noter que la Guinée court droit vers une situation d’instabilité. Mais l’atmosphère des mois à venir dans leurs charges d’élections législatives et de référendum infirmera ou confirmera cette analyse.

Par Abdoul Malick

Related posts

Le nouveau « fichier électoral est suffisamment convaincant » : La Ceni tire le chapeau aux experts de la Cedeao

Diallo Tidian

Communales 2018 : le développement local tué et des maires en deuil de légitimité !

Antonio Souaré : ‘’ La politique ne me réussira pas, c’est pourquoi, j’ai choisi les sports et la culture et je resterai dans ça ’’

Diallo Tidian

Leave a Comment