Le Populaire
Actualités Conakry Guinee Politique

Libre Tribune : Les chevaliers du tintamarre postélectoral

Quand la foule est communautarisée à outrance il faut s’en méfier. L’Applaudissement d’une foule non homogène n’est qu’une sonorisation purement identitaire à caractère événementiel. C’est de là que naît ce qui me plairait d’appeler la pensée unique politiquement dangereuse et incongrue aux vues de sa composante trop homogène. Je parle ici de la foule bien entendu. Qui conque venu d’ailleurs aura le sentiment d’un aveugle assis au stage pour suivre un match de football.

Le produit fini d’une telle industrie n’est que la culture de l’émotion, il devient invendable en dehors de la communauté qui l’a créé et soutenue en place et lieu de l’intelligence dans la diversité culturelle et ethnique. C’est le lieu de comprendre qu’une clef de Magbana ne peut pas démarrer la Range Rover.

Dommages collatéraux

 L’Émotion dont je parlais se transforme tantôt en insurrection et parfois à la radicalisation des adeptes galamment connus sous le patronyme de militants. Ils estiment à tort que tous ceux qui ne sont pas avec eux sont contre eux.

Hélas, le commun des mortels comprend pourquoi ça coince ? C’est parce que depuis belle lurette, la majorité des citoyens considérée comme des indésirables s’attend toujours à un discours en Manon à défaut d’être en langue Soussou à la place publique.

Évidemment cette hypothèse est classée dans l’armoire de la politique fiction de ceux-ci. Il ne le fera jamais parce que l’option est interprétée comme une trahison vis-à-vis des adeptes de sa communauté à lui. Humm hahahihi !! Allons seulement. En voilà une démarche irréaliste non adaptée à l’histoire et à la culture de la cohabitation pacifique.

Le repli identitaire engendre l’autarchie des idées et les modes de pensée, c’est pourquoi le perdant non intégré dans l’identité collective nationale se donne aux exercices suicidaires en défiant l’ETAT par auto proclamation à la magistrature suprême. Je trouve cela trop risqué au regard des instruments juridiques dont dispose l’État. J’en passe.

Recours aux arbitrages internationaux ou utopie

 L’Indépendance et la souveraineté ne sont pas du fait de l’Union européenne ou de la CEDEAO. Le moment n’est pas dédié à la polémique ni à un débat d’idées. Je me résous à dire que toute volonté populaire de s’affranchir pour doter son pays d’institutions supra nationalistes s’appelle L’INDÉPENDANCE.

Par après, chaque Etat s’est doter d’institutions fortes pour réguler la fonctionnalité de son quotidien administratif, politique, social, culturel, économique, juridique, et militaire.

L’adhésion nationale

 Tout citoyen adhère à l’évidence que ces institutions représentent l’épée de DAMOCLÈS suspendue au-dessus de notre tête pour veiller aux infractions et aux délits. Evidemment, l’être humain de par sa nature est réfracteur à la loi, il estime soit par naïveté, soit par obsession que la loi est une contrainte notoirement imposée en lui.

Mais plus loin, il retrouvera la même loi qui lui servira de boussole à l’avenir pour conduire le même bateau en cas de tempête en pleine Mer. Ça vous donne éléments à réflexion oui ou non ? Ceci étant, pourquoi s’acharner jusqu’à appeler à l’insurrection et aux vandalismes urbains ? Pour en découdre avec l’État qui nous défendra en cas d’agression extérieure d’un pays ennemi ?

Les fondamentaux

 L’appel à l’unité nationale est un combat de tous pour tous et à tout temps. En politique il n’y a jamais de perdant, les anciens GOUROUS des grands championnats le savent, la cicatrice de leurs combats de l’époque est l’emblème d’une école qui enseigne la politologue du fait qu’à cette époque-là le multipartisme était un tabou et un verrou.

Il y a lieu de reconnaître sans passion que leurs combats de beaucoup d’années (40 ans) est un gros avantage sur le ring pour mettre KO tout adversaire. Vous conviendrez avec moi pourquoi ces Gourous se moquent de la nouvelle génération à chaque fois qu’elle s’agite comme des pytocantropiens sur les îles Sumatra.

Laissez le temps au temps, désarmez vos cœurs, vivons ensemble, vous aviez juste besoin d’y croire et aimer votre pays. L’Etat c’est toi, c’est nous tous, ça ne sert à rien de l’affronter. Du calme s’il vous plaît. Pour le reste Dieu s’en charge.

Les élections ont eu lieu dans la sérénité et dans le respect des règles de l’art, les guinéens de toute communauté confondue ont montré leur maturité au regard de la démocratie et de la liberté de choisir. La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) s’est impliquée avec professionnalisme en collaboration avec les experts de la CEDEAO.

La Cour Constitutionnelle a rendu son verdict ; CE QUI EST DIT EST DIT, bref mettons-nous au travail.

NB: Les lecteurs voudraient m’excuser de mon illettrisme, si j’avais été à l’école j’aurais écrit mieux.

 Par Thomas Morgan Mamy,
Observateur indépendant de la société.

Related posts

Lettre ouverte au président Alpha Condé: « Mon plaidoyer en faveur de la libération des détenus politiques » (Lamarana-Petty Diallo)

Diallo Tidian

Les ministres Niankoye Lamah et Alpha Ibrahima Keira Limogés, le corps électoral convoqué

Mamady III Kaba remplace Salif Kébé, en qualité de commissaire, à la Ceni

Diallo Tidian