Actualités Conakry Guinee Politique

Libre tribune: L’escalade est encore évitable. Dernier appel à la raison

Pendant que le monde est secoué par la pandémie Covid-19, se confinant plus ou moins strictement, il ne me semble pas responsable d’aller voter dans de telles circonstances. Pas plus qu’il ne peut l’être un appel à manifester même si la résistance à un tel forcing démocratique est très légitime. Renoncer à ce référendum et repousser les législatives pour enfin se concentrer sur la lutte contre l’épidémie me paraissent la hauteur à prendre pour sauvegarder la paix et la santé de la population guinéenne.

Beaucoup ont salué la fermeture des frontières aériennes en Guinée mais lorsque cela intervient alors même que sur le territoire national tout est fait pour aller vers l’escalade, c’est contradictoire et irresponsable. C’est une légèreté impardonnable. Le refus de recevoir la mission de la CEDEAO a été justifié par le risque sanitaire lié à ce virus. Comment peut-on alors comprendre que les élections soient maintenues alors même qu’elles sont censées mobiliser la population?

En persistant dans cette aventure hasardeuse de nouvelle constitution et en l’organisant dans des conditions indéfendables, le président guinéen rajoute du mépris à l’illégalité. C’est pourquoi les forces citoyennes et politiques qui luttent doivent redoubler d’effort. La forfaiture ne doit en aucun cas être victorieuse. Il est toutefois possible pour le président de la République d’éviter le pire. Oui lui seul peut nous éviter l’escalade en faisant ce qu’il aurait du faire depuis le début. S’en tenir à ce qu’il a pu faire en deux mandats et préparer sa succession. Nul n’est indispensable partout et tout le temps !

Contrairement à certains, je ne crois pas que le FNDC devrait renoncer à la manifestation. Si le président renonce à ce forcing, les manifestations cesseront et la quiétude sociale reviendra. Alpha est aujourd’hui conscient plus que quiconque de l’instabilité dans laquelle le pays est plongé. Il est encore possible d’éviter le pire, à condition qu’il ose dire non à ceux qui le poussent à la forfaiture et à une partie de son ego. Il devrait se rappeler que quand on devient président de la république, on a plus rien à prouver à qui que ce soit. Maintenir ces élections pour satisfaire un tantinet d’ego et de jusqu’au-boutisme est simplement ridicule et irresponsable. Pour notre patrie, pour la paix, pour notre avenir et même pour lui ne le laissons pas faire.

Le combat pour l’enracinement de la démocratie en Guinée est antérieur à l’arrivée de ce président au pouvoir et il lui survira. Cet embryon de démocratie est à préserver car les guinéens doivent se mettre au travail comme tous les autres africains. On ne va pas passer tout notre temps à combattre pour qu’il y ait une alternance à la tête de l’Etat. Cela relève désormais d’une normalité rudimentaire. A bon entendeur !

Lorsqu’on évoque une coupure d’internet à la veille des élections qui vient s’ajouter à la réquisition (financière) de l’armée, laquelle fait suite à la fermeture des écoles et des universités, non pas à cause du virus mais pour les élections; on est en droit de se demander de quelle légitimité peut encore se targuer un tel président et son gouvernement.

Chérir et préserver les conditions de la paix demeurent la meilleure façon d’éviter la guerre. On a encore une chance d’éviter l’escalade, saisissez là monsieur le président de la République.

Vive la démocratie,
Vive la paix
Et Vive la Guinée
Hady Diallo , docteur en droit économique, chef d’entreprise Loi et Lumière, essayiste

Related posts

L’ami Russe toujours aux côtés des officiels de la Guinée

Diallo Tidian

Aissatou Bella Diallo soutient Grand P

Diallo Tidian

Guinée : la Banque africaine de développement accorde un crédit de 8 millions de dollars à Vista Bank pour aider les PME agricoles

Ehadj Aboubacar Diallo Kaba

1 TIME OFFER !

OFFRE SPÉCIALE RENTRÉE : Profitez de -30% sur votre abonnement de 1 an sur le Populaire guinée Digital

Abonnez-vous !