Le Populaire
Actualités Conakry Guinee Politique

Mairie de Labé : Trois questions à Mamadou Aliou Laly Diallo

Mobilisation des recettes internes, sécurité des citoyens et protection de leurs biens, difficultés à surmonter dans la gestion de la plus grande municipalité du Fouta guinéen. Ce sont là les trois questions posées par notre envoyé spécial Alhassane Barry au maire de Labé. Lisez ses réponses !

Le Populaire : Comment faites-vous pour améliorer la mobilisation des recettes internes ?

Dans le cadre de l’amélioration de la fiscalité, on est en train d’informatiser l’état civil mais aussi de mettre en place une base de données nous permettant de répertorier tous les redevables de la commune. Pour cela, nous avons commencé par le marché central afin de permettre à tous ceux qui payent quelque chose à la commune de recevoir un message pour faciliter la collaboration. L’idée est de faire en sorte que le paiement main à main cesse progressivement afin de mieux sécuriser les recettes. Actuellement la CFU (contribution foncière unique) n’est pas payée chez nous. Mais nous avons identifié 13 quartiers pour nous permettre d’expérimenter un projet de codification de chaque ménage. Cela nous permettra de réactualiser la taxe d’habitation. C’est d’ailleurs le moment de remercier nos partenaires qui nous appuient dans beaucoup de domaines notamment l’aménagement d’un marché périphérique dans le quartier Tata 2 secteur Tchiagué encore appelé Radar. Ledit marché sera fonctionnel en 2021. Nous avons aussi un projet financé par l’Union européenne dans le cadre de la protection de l’environnement. A ce niveau, nous sommes en partenariat avec des ONG locales et la société civile. Ce projet vise à renforcer la capacité des organisations de la société civile, la réhabilitation des cours d’eau, le reboisement, l’aménagement des espaces verts et l’aménagement d’une pépinière communale. Je rappelle que dès l’apparition de la pandémie, le conseil communal s’est mis tout de suite en ordre de bataille à travers la mobilisation de plus de 200 millions FG avec le soutien des ressortissants de Labé, la mise à disposition des kits de lavage des mains, la distribution de plus de 12 milles bavettes et l’organisation des campagnes de sensibilisation.

Et dans le domaine de la sécurité des personnes et des biens?

Le conseil communal actuel a hérité de 12 gardes communaux pour une population de plus de 200 milles habitants. La priorité dans ce domaine a été de recruter de nouveaux agents. A ce jour, nous avons 26 agents qui sont payés par la commune. Nous sommes en train de mobiliser la logistique et procéder à leur formation avec l’appui des services de sécurité.

Quelles sont vos difficultés dans la gestion de la municipalité ?

Les difficultés, c’est dans  la mobilisation des recettes. C’est pourquoi nous avons procédé à la mise en place d’une base de données. Vous savez, il y a eu transfert de compétences au niveau des collectivités mais ces compétences ne sont pas encore effectives. Il faut batailler dur pour en tout cas rendre effectives ces compétences là. Par exemple, tout ce qui est aménagement doit revenir à la commune, malheureusement cela est géré par la préfecture. Donc, il y a certaines compétences que nous n’arrivons pas à gérer, c’est une difficulté dans la gestion d’une municipalité en Guinée. Il y a aussi l’occupation anarchique de certaines voies publiques. Là, nous avons beaucoup fait, mais des efforts restent à faire même s’il faut privilégier la sensibilisation.

A cela s’ajoutent les différentes crises que nous avons connues. Il y a eu cette crise postélectorale, mais aussi la pandémie de la covid-19. Sur ce, je voudrais féliciter les membres du conseil et de l’administration communale, les encourager à continuer dans cet élan. Parce que nous sommes vraiment satisfaits des résultats. Ensuite, dire à la population que la décentralisation c’est de rendre le développement aux citoyens. Si ces derniers ne s’impliquent pas, s’ils n’appuient pas la commune, il sera très difficile de développer la ville. Donc, nous demandons aux citoyens de continuer à appuyer le conseil en s’acquittant de tout ce qui est taxe et surtout d’avoir un comportement citoyen partout en respectant les règles et principes de fonctionnement d’une commune..

Par Alhassane Barry, www.lepopulaireguinee.com

Related posts

L’acte II des Victoires de la musique guinéenne: édition spéciale d’une année spéciale

Diallo Tidian

Enfin, le temps de la justice et de la réparation ? (Aly Badra Diakité)

Diallo Tidian

De hautes personnalités au chevet de M’mah Sylla victime de viol

Diallo Tidian