Le Populaire
Actualités Conakry Economie Guinee Politique

Malick Sankhon fait toujours un travail exceptionnel

Si tous les commis de l’Etat faisaient comme lui, la gouvernance Alpha Condé aurait eu un sens radicalement différent depuis fort longtemps. Ce Malick Sankhon est toujours au premier rang quand il s’agit de poser des actes, de mouiller le maillot, d’engranger des résultats électoraux ou de présenter un bon bilan. Au grand bonheur de son mentor Alpha Condé, il continue à agir dans son rôle de leader en fournissant un service innovant et exceptionnel dans les domaines de la sécurité sociale des travailleurs et de la santé des populations. La dernière, c’est le Centre de cathétérisme cardiaque ultramoderne, vers lequel tout le monde courait à Dakar, Tunis, Rabat ou Paris, inauguré ce 9 juillet par le président Alpha Condé.

En plus du service d’imagerie médicale, du laboratoire de biologie médicale, du cabinet dentaire et de prothèse qui composaient le Centre de diagnostic de Caisse nationale de la sécurité sociale (Cnss) s’agrandit avec l’installation d’un Centre de cathétérisme cardiaque haut de gamme en son sein. Tous ces services mis en synergie contribuent efficacement à réaliser des diagnostics fiables entraînant de facto une réduction du flux des évacuations sanitaires vers les pays étrangers.

Ce nouveau bijou a été inauguré vendredi 9 juillet 2021. L’événement a été placé sous le haut patronage du président Alpha Condé au nom duquel toutes les innovations se pensent et se réalisent par l’équipe du directeur général, Malick Sankhon, dont le dévouement se mesure à la qualité des œuvres accomplies en si peu de temps.

Loyauté, à cœur vaillant

  1. Sankhon est connu pour sa loyauté et son engagement. A la tête de l’équipe de la Cnss, son bilan de gestion se passe de commentaire. Aujourd’hui, la mise en place du centre de diagnostic ajouté au nouveau Centre de cathétérisme cardiaque, démontrent combien l’homme a à cœur la réussite du président Alpha Condé dans le domaine de la sécurité sociale et de la sécurité sanitaire.

C’est dans ce sens que M. Sankhon qui engrange des résultats élogieux à la Cnss a tenu à dire : «Monsieur le président de la République, mon président, mon frère, sachez qu’au-delà des mots, au-delà de tout ce qui peut se passer, je suis et je reste derrière vous quel que soit ce qui va m’arriver. Je vous ai choisi, nous sommes ensemble aujourd’hui et nous serons ensemble demain. Si vous prenez n’importe quelle décision, je sais que vous le faites pour le bien de la Guinée, pour le bonheur des guinéens, jamais je ne vous lâcherai ».

En « homme de parole et d’honneur », M. Sankhon a ajouté que « tout ce qu’un homme recherche dans la vie, c’est l’honneur et la dignité ».

Tout en saluant la détermination du président Alpha Condé à préserver cette  « dignité » et cet « honneur » si chers aux guinéens, le Directeur général de la Cnss a rassuré le président en ces termes : « Vous avez accepté de faire le déplacement pour rendre visite à notre institution, fait noter Malick Sankhon visiblement heureux d’accueillir le chef de l’Etat dans l’institution qu’il a charge de diriger. Mieux vaut la mort que la honte, sachez qu’ici, vous n’avez que des amis, vous n’avez que des frères, des sœurs et des compagnons. Tracez le chemin, on vous suivra où vous irez !»

C’était là l’essentiel du discours sincère et émouvant qui a fait couler beaucoup de larmes aux cœurs sensibles. Le président Alpha Condé a félicité solennellement M. Sankhon pour son bilan élogieux et l’innovation qu’il apporte dans l’amélioration des conditions de vie de la population en général et des travailleurs en particulier.

Cet exemple à suivre amène le président à déclarer qu’une commission composée de médecins et dirigée par le ministre de la Santé a été mise en place pour évaluer tous les équipements médicaux afin de renforcer le système sanitaire guinéen.

 « Avant, ceux qui avaient les moyens ou des relations dans le gouvernement, ou les hauts cadres,  même quand ils ont des maux de tête, vont en Tunisie, au Sénégal, au Maroc ou à Paris pour se soigner, rappelle le président Alpha Condé. Ceux qui n’ont pas l’argent quand ils tombent malades, ils meurent dans les quartiers, ça c’est  fini s’il plaît à Dieu. Il y a Donka, bientôt la Guinée aura tous les matériels, personne n’aura besoin d’aller à l’étranger, tous seront soignés ici ».

Avec le nouveau centre installé dans les locaux de la Cnss à Kaloum, « on ne quittera plus la Guinée pour aller à Dakar, c’est plutôt eux qui viendront se soigner en Guinée », garantit le président Condé.

« Guinée, pays tranquille, destination enviée »

Par la suite, le président Condé a souhaité : « que le petit peuple sache que si pendant longtemps, à cause de la pagaille, des troubles et dégâts causés dans le pays par l’opposition ne me permettaient pas de travailler, aujourd’hui ce n’est plus le cas ».

La donne a changé. « La Guinée est en paix, le pays est tranquille et devient une destination enviée. Hier, les hôteliers se plaignaient par manque de client, aujourd’hui, il n’y a plus de place dans les hôtels au point que nous sommes obligés d’interpeller ceux qui ont commencé à construire des hôtels de les finir. C’est donc la paix, la tranquillité et la solidarité qui peuvent permettre à la Guinée d’avancer », s’est réjoui le président.

« Si nous voulons, nous pouvons faire des pas de géant, cela suppose qu’on ne se laisse pas manipuler par les vendeurs d’illusions, entraîner par les gens qui veulent le trouble, car l’argent a peur du bruit, conseille le président de la République, qui annonce que « cette période de pagaille est finie. Désormais tout le monde saura qu’il y a maintenant un État en Guinée. Il n’y a plus la pagaille ou l’anarchie, là où chacun fait ce qu’il veut. Personne n’est au-dessus de la loi. Ceux qui pensent qu’ils sont au-dessus de la loi, ils se retrouveront, (…) tout le monde connaît Coronthie (la plus grande prison du pays) ».

  1. Condé a relativisé en soulignant que son« objectif n’est pas d’envoyer les gens à Coronthie ».Mais « que tous les Guinéens se donnent la main, travaillent dans la solidarité afin de faire  des pas de géant dans notre pays ».

Le « camion guinéen »

Le président a apprécié le fait que, désormais, les innovations de Malick Sankhon ont permis à la Cnss d’entrer dans l’ère des « paiements par moyen électronique » directement «à la Banque centrale ». C’est un acquis de taille. Parce qu’«hier, à cause des troubles constants (liés notamment aux événements sociopolitiques), j’étais obligé de me consacrer sur la politique. Aujourd’hui, comme je l’ai dit, j’ai pris le volant du camion guinéen. C’est-à-dire que désormais j’ai pris mes responsabilités. Nous souhaitons que tout ce qui appartient à la Guinée rentre dans les caisses de l’État », a réitéré le président de la République.

Le président qui a écouté Malick Sankhon rappeler que son institution qui était limitée pendant un demi-siècle au recouvrement de cotisations et versement de prestations sociales « est entrée dans une nouvelle ère de profonde mutation guidée par une gestion axée sur le résultat », a tenu à louer ses efforts.

« Sans la santé, l’homme ne peut pas jouir de ses différentes activités ni du bien du pays. Donc, nous félicitons les progrès accomplis par la caisse sous la direction de notre cher frère Malick Sankhon », a déclaré le président Condé.

Par Léon Kolié

Related posts

Lamine Guirassy, l’homme qui fait briller les autres !

Le MAE chinois achève sa visite dans cinq pays africains avec des résultats fructueux et une confiance renouvelée

Diallo Tidian

Se faire vacciner «n’a aucun inconvénient sur le jeun » de ramadan

Diallo Tidian