Art & Culture Conakry Guinee

Marco Ibrahim, journaliste et critique cinéma : « Tout sur ‘‘Le Top 5 de Guinée’’ »

Clin d’œil à l’initiateur de l’événement Le Top5 de Guinée qui, à travers cinq trophées, récompense chaque année l’œuvre accomplie par les acteurs des arts et de la culture.

Le Populaire: Bonjour, dites-nous pour quoi cette appellation : Top5 de Guinée ?
Marco Ibrahim: Merci de l’opportunité que vous m’offrez pour parler de ce concept Le Top 5 de Guinée. Je précise que le journal culturel Podium Magazine a engendré ce concept. Il occupe toute la page 3 de notre journal. Quand j’ai lancé Podium Magazine avec Fodéba Isto Keira et Ibrahima Tawel Camara, on savait que ça allait être très difficile de fidéliser le journal au lectorat cible. Donc, il fallait trouver une sorte de levain pour attirer l’attention C’est ainsi que j’ai proposé Le Top 5 de Guinée, qui à l’origine, récompensait un seul chanteur, le premier du classement annuel et les 4 autres recevaient des satisfécit. L’appellation Top 5 de Guinée  veut dire, pour nous, les 5 meilleurs de l’année; les 5 qui sont au Top.

Dans la composition du comité d’organisation, le choix des critères d’éligibilité et les membres du jury, à quel niveau s’étend vos compétences ?
Le comité d’organisation est composé de deux sortes de membres. Il y a les membres professionnels du spectacle et du show-biz qui ne sont pas journalistes, et les membres de la rédaction de Podium Magazine. Les critères de choix sont presque les mêmes depuis le début. Comme nous avons commencé par la musique, nous collaborons avec le Bureau guinéen du droit d’auteur qui met à notre disposition les sorties d’albums durant l’année. Nous sélectionnons cinq opus à inspiration de musique guinéenne, à travers un comité composé de professionnels. Ensuite, nous soumettons ces albums au vote professionnel. En concevant une fiche individuelle des cinq albums, nous touchons toute la chaine du showbiz: journalistes culturels, animateurs, disc-jockeys, managers, opérateurs culturels, producteurs, distributeurs de musique, et les membres de la rédaction de Podium Magazine. Ce sont eux qui votent sous la supervision d’un huissier de justice. Et, c’est cet huissier qui annonce les résultats le jour de la remise des trophées. Mais à la neuvième édition, nous avons rajouté un trophée dédié à la Diaspora. Et, pour cette 10e édition en 2019, nous avons complété à cinq trophées.

Au fil des éditions, qu’est-ce qu’ont apporté ces trophées en termes d’émulation aux acteurs des arts vivants ici en Guinée ?
Nous avons la particularité de donner les noms de nos trophées aux célébrités des arts et de la Culture. Ainsi, pour la musique, en 2002, c’était un essaie au night-club Boulevard select chez KPC, la première édition. A la deuxième édition, le Trophée Keita Fodéba est revenu à Sékouba Bambino. A la troisième édition, le trophée Italo Zambo a été remporté par Matavieux. Pour la quatrième  édition, le groupe Les Espoirs de Coronthie s’est adjugé le trophée Aboubacar Demba Camara. Pour la cinquième édition, Koundouwaka a soule-vé le Trophée Aboubacar Demba Camara. A la sixième édition, Lama Sidibé a reçu le trophée Mory Kanté.

Pour la septième édition, Petit Kandia a eu le trophée Mory Kanté des mains de ce dernier. A la huitième édition, Soul Bang’s a décroché le trophée Kerfalla Camara KPC. Pour la neuvième édition, Banlieuz’art a eu le Trophée Binta Laali Sow. Et puis, Soul Bang’s a remporté le trophée Fodéba Isto Keira du meilleur chanteur de l’année 2019. Je fais ce rappel pour vous signifier que nous touchons beaucoup d’hommes de Culture dans une seule édition. Maintenant, pour la 10e édition du Top 5 de Guinée, nous avons mis en compétition le Trophée Moussa Kèmoko Diakité de la meilleure réalisation Cinéma remporté par Isabelle Loua.

Le Trophée Sow Bailo de l’humoriste de l’année a été gagné par Oumar Manet. Le Trophée KPC de la meilleure opératrice culturelle de la diaspora est remporté par Hawa Barry Diallo. Le Trophée Guillaume Soro du meilleur chanteur africain est revenu à feu DJ Arafat. C’est là  une ouverture sur l’Afrique. En somme, nous célébrons l’excellence dans la Culture et les hommes qui l’alimentent par leur art ou par leur avoir. Le degré d’émulation est au-dessus de tout. Les artiste sont reconnus et célébrés solennellement dans un cadre convivial. Donc, les récipiendaires sont tous convaincus qu’ils doivent continuer à innover pour rester des modèles de promotion de la culture guinéenne.

A la dernière édition organisée dans les locaux du Centre culturel guinéen (Ccfg), le chanteur Soul Bang’s a raflé le meilleur des meilleurs prix. Cela vous a-t-il surpris ?
Oui, la 10e édition organisée le samedi 14 décembre 2019 au Ccfg a connu le sacre du chanteur Soul Bang’s pour la seconde fois. Mais, ce ne n’est pas consécutif. Il a soulevé le Trophée KPC de la 8e édition, et le Trophée Fodéba Isto Keira de la 10e édition. Bravo à lui ! Par ailleurs, c’est le lieu de saluer et de reconnaitre la franche collaboration du Centre Culturel Franco-guinéen qui a abrité la plupart des éditions du Top 5 de Guinée. Le centre nous a toujours accompagnés. C’est l’occasion de renouveler  nos remerciements au Ccfg.

Comment cela a-t-il été possible pour quelqu’un qui a débuté en imitant un chanteur américain ?
Beaucoup me posent cette question. Mais, je crois que les professionnels qui l’ont choisi sont mieux placés pour répondre à cette question. Pour ma part, je demande à ceux qui aiment la musique guinéenne de prendre le temps d’écouter ce que propose Soul Bang’s. Ce jeune prodige a compris qu’il ne sert à rien de faire la promotion d’une autre musique, alors qu’il a tout chez lui. Je crois qu’il est parmi les trois ou quatre jeunes de sa génération à faire un come back réussi vers la vraie source de la musique guinéenne. Même s’il doit, à mon avis, se rapprocher plus encore. Si vous écoutez ces deux derniers albums, vous comprendrez tout le reste.

Etes-vous satisfait du respect des critères d’admission à la candidature aux trophées ?
Oui. Je suis totalement satisfait des critères. Comme je l’ai dit, il s’agit d’un vote professionnel. Ce n’est pas le public qui vote, ce sont les professionnels. Et, nous organisons cette récompense dans le seul but de créer de l’émulation entre les acteurs de la culture guinéenne. Nos critères sont connus de tous. Nous ne mettons en compétition que les albums de musique guinéenne, à la limite, les albums qui proposent une alchimie entre la musique de chez nous et les musiques d’ailleurs, de façon à ne pas se perdre. Ceux qui font du M’balax, du Coupé-décalé, de l’Afrobeat, du Dombolo, avec du plagiat flagrant, ne peuvent pas être dans notre Top 5. Même s’ils ont des disques de diamants avec ces musiques-là, que je respecte, nous allons les accompagner par nos médias, mais ils ne seront pas concernés par Le Top 5 de Guinée  qui est une compétition de musique guinéenne très exigeante avec une ouverture sur l’étranger par un seul des quatre trophées. Donc, le terroir doit rester l’inspiration de base.

Et s’il vous était demandé de souligner une rubrique dans laquelle il serait utile d’apporter des rectificatifs
Aucune œuvre humaine n’est parfaite. Par exemple, nous avons eu des soucis pour départager les humoristes pour le Trophée Sow Bailo. Il a fallu faire recours aux hommes de théâtre pour élire le meilleur. C’est pourquoi, nous avons annoncé sur le podium du Ccfg que le trophée de la littérature qui portera le nom du Pr Djibril Tamsir Niane sera proposé au Comité d’organisation qui va siéger prochainement pour la 11e édition de décembre 2020. Je souhaite que les critères pour tous les trophées soient encore une fois très clairs pour tout le monde ce, avant chaque édition. C’est pourquoi, je tiens à remercier tous les professionnels des médias et de tous les secteurs de la culture pour leur soutien à cet évènement devenu incontournable chaque fin d’année. Je tiens spécialement à tirer le chapeau à la Fondation KPC pour l’Humanitaire pour le soutien et l’accompagnement depuis  le début de cette aventure. Merci à Kerfalla Camara KPC de tout et pour tout.

Marco Ibrahim, merci.

C’est à moi de remercier et vous  donner rendez-vous en décembre prochain.

Related posts

Peut-on parler d’alternative générationnelle sans alternance mentale en Guinée ?

Diallo Tidian

Surfacturation de 450 milliards de FG du « Plan de riposte sociale » : Kassory Fofana, seul et humilié

Diallo Tidian

Face aux invectives, Aly Bongo Léno reste élégant

Diallo Tidian

1 TIME OFFER !

OFFRE SPÉCIALE RENTRÉE : Profitez de -30% sur votre abonnement de 1 an sur le Populaire guinée Digital

Abonnez-vous !