Actualités Conakry Guinee Politique Sociéte

Présidentielle 2020 : la “Taks-Force” sur le terrain électoral

Marqué par un déficit de confiance entre les acteurs engagés dans le processus électoral, le scrutin du 18 octobre s’annonce très tendu. Avec des discours incitant au repli identitaire et à la violence civile, l’effritement du lien national avec un risque sérieux d’implosion sociale.

Face à cette situation, le Conseil national des organisations de la société civile (Cnosc-Guinée) a présenté jeudi 15 octobre, une structure indépendante appelée “Taks-Force “, dont la mission est de veiller au bon déroulement du scrutin de l’ouverture des bureaux de vote au dépouillement. Cela, en appliquant trois systèmes : le système Android, le système Sms et les appels audio. Des systèmes qui vont leur permettre d’être au bain de toutes les informations dans les bureaux de vote dans lesquels les agents de supervision sont déployés.

Président du Cnosc-Guinée, Dr Dansa Kourouma a noté que le processus a déjà commencé pour la phase préélectorale par le déploiement de 400 moniteurs qui suivent de près, le déroulement de la campagne électorale. Ces moniteurs analysent les discours et documentent les incidents afin de permettre au Cnosc-Guinée d’apprécier la situation préélectorale et de se préparer à déployer une mission en tenant compte des enjeux.

« Cette “Taks-Force “composée de personnalités neutres auront pour rôle de contrôler notre travail à nous mais également de porter nos résultats et réflexions devant les parties prenantes pour faire passer des messages de plaidoyer sans oublier de porter des informations auprès de la CENI et des autres instances chargées d’organiser les élections afin de corriger les anomalies constatées et remontées par les observateurs. Donc, c’est une force d’interposition importante dans la crédibilité et la représentativité qui doit permettre de faire fléchir toutes les velléités de contestation, de confiscation et surtout de manipulation», affirme Dr Dansa Kourouma.

Présents à la cérémonie, la maire de Kaloum, Mme Aminata Touré et l’Ambassadeur de la paix en Guinée, Elhadj Djériba Diaby, ont tour à tour apprécié l’initiative du Cnosc-Guinée qui s’inscrit dans le cadre du renforcement de la paix dans notre pays.

Raison pour laquelle, chacun d’entre eux a invité les citoyens à l’union et à l’entente afin qu’en aucun cas, la politique ne divise les guinéens. Aux leaders politiques, invite leur a été faite de penser à l’avenir de la jeunesse du pays en traçant leur projet au développement et non à la violence entre les filles et les fils de la Guinée.

Par Sékouba Kourouma

Related posts

Élections Communales : Enjeux et dangers à Conakry

Alpha Abdoulaye, président de l’AGEPI : « la liberté de la presse est toujours à conquérir en Guinée »

Diallo Tidian

Communiqué de presse relatif à la catastrophe aérienne survenue à Conakry le 06 août 2019

Ehadj Aboubacar Diallo Kaba