Actualités Sociéte

Qnet interdit en Guinée: des étrangers victimes d’escroquerie ont été libérés

La prêche du président du Haut conseil des maliens de l’extérieur, Mohamed Sidibé, est tombée dans de bonnes oreilles. Des dizaines de maliens interpellés par la police guinéenne dans l’affaire Qnet ont été relaxés.

Avant ce dénouement heureux, le malien Sidibé peut se frotter les mains. L’homme qui s’était illustré en avocat défenseur de ces victimes de Qnet, avait démontré qu’il ne s’agit pas du tout de gens peu recommandables et pouvant être assimilés à des rebelles. Mais des victimes d’une escroquerie internationale organisée par Qnet et ses filiales dans les pays voisins.

  1. Sidibé avait dit à la presse que chacun de ses 208 compatriotes arrêtés dans des résidences situées à Kagbélen et Kountia dans les communes périphériques de Conakry en compagnie d’autres personnes de nationalités diverses (Sénégalais, Guinéens de Bissau et Burkibè) avait a versé au moins 500 mille francs CFA à des responsables de l’entreprise de vente en ligne Qnet dont les activités viennent d’être interdites sur toute l’entendue du territoire national guinéen.

La police a révélé que certains de ces jeunes gens détenaient des accoutrements et autres amulettes qui rappellent ceux que portaient les rebelles ayant semé la terreur et la désolation au Liberia et en Sierra Leone pendant la période de guerre civile. Sur la liste des 300 interpellés, les Maliens étaient majoritaires. Dans un arrêté interministériel, les ministres de la Justice Mamadou Lamine Fofana et de l’Administration du territoire et de la décentralisation général Bouréma Condé avaient interdit «sur l’ensemble du territoire national toutes activités liées au groupement qui se fait appeler Qnet et de nature à entraîner les mouvements illicites de capitaux, des trafics illicites de migrants, des regroupements et formations clandestins d’éléments nationaux et étrangers, des manœuvres frauduleuses de nature à porter atteinte aux biens d’autrui et à l’ordre public». Les ministres ont aussi souligné que « les auteurs des dites activités seront (…) déférés devant le procureur de la République territorialement compétent».

Interpellés sur la question, Qnet a rejeté toute responsabilité de sa part dans la présence massive de ces jeunes du Mali,  Sénégal, Guinée Bissau et Burkina Faso. Ils ont déclaré que Qnet qui n’a que des clients, n’est ni de près ni de loin associé à cette affaire.

 Par Gordio Kane

Related posts

Décryptage/ Une dimension dramatique se joue actuellement: Deux phrases pour éviter le chaos

Diallo Tidian

Lamine Guirassy, l’homme qui fait briller les autres !

Kassory Fofana, sur sa nouvelle mission : « Mon rôle est d’écouter et rendre compte

Ehadj Aboubacar Diallo Kaba

Leave a Comment

1 TIME OFFER !

OFFRE SPÉCIALE RENTRÉE : Profitez de -30% sur votre abonnement de 1 an sur le Populaire guinée Digital

Abonnez-vous !