Actualités Santé

Santé : les infections associées aux soins et résistance antimicrobienne

Les infections associées aux soins et la résistance antimicrobienne en Afrique subsaharienne dans le contexte One health étaient au centre du premier congrès de la Société guinéenne  de pathologie infectieuse et tropicale (Soguipit) qui s’est tenu les 10 et 11 octobre 2019 à Conakry.

L’objectif de ce premier congrès, explique le Pr Sow Mamadou Saliou, président de la Soguipit, (au centre sur la photo) est de rassembler, pour un partage des connaissances, des professionnels impliqués dans la détection, la documentation, la prévention et la lutte contre la résistance antimicrobienne et le traitement des patients qui en sont atteints.

«La résistance aux antimicrobiens constitue une menace de santé publique croissante, car elle compromet l’efficacité de la prévention et du traitement des infections dues à des bactéries des parasites, des virus et des champignons. La résistance antimicrobienne est aussi une préoccupation en Afrique au sud du Sahara lorsqu’elle provoque des échecs thérapeutiques et oblige à définir de nouvelles solutions notamment pour l’infection à VIH et la tuberculose multirésistante», commente Pr Sow.

Il ressort qu’en Guinée, comme dans les autres pays d’Afrique, les cliniciens sont confrontés à la résistance aux antimicrobiens provoquant des échecs de traitement et favorisant le développement d’infections dans les lieux de soins. Selon les experts, les motifs de ces résistances sont souvent multifactoriels et leur prévention exige des mesures coordonnées entre les professionnels de santé humaine (médecins, microbiologistes, pharmaciens, épidémiologistes), santé animale et santé environnementale.

La résistance des microbes aux antibiotiques est un problème de santé publique d’actualité, affirme le ministre de la Santé. «Si on n’y prend pas garde rapidement, nous risquons de perdre des avantages que nous avons connus avec l’antibiothérapie. La santé humaine et animale est une et indivisible. Il faudrait que dans l’administration des antibiotiques qu’on observe des règles strictes, les doses, les délais, et la rigueur d’application, sinon, au bout d’un certain temps, on aura plus d’antibiotiques. Parce que quand c’est mal appliqué, il y a la résistance qui apparait», prévient le ministre Dr Edouard Niankoye Lamah.

Le représentant de l’Oms en Guinée Alfred Kizerbo, encourage la Soguipit à contribuer à la génération des «évidences scientifiques» pour mieux orienter les décisions de santé publique en Guinée. «Il est important d’avoir une plateforme multisectorielle qui réunit tous les acteurs de la santé humaine, de la santé animale, mais aussi les autres secteurs de l’environnement, la Société civile et les communautés pour faire face à ces menaces qui peuvent venir de plusieurs horizons». Par exemple, explique Alfred Kizerbo, la maladie à virus Ebola a réuni les conditions de l’approche One health, puisque c’est une maladie qui se transmet de l’animal à l’homme, mais qui est liée à l’environnement. «Donc, il faut toutes ces connaissances, ces interventions mises  ensemble, financées, et que nos capacités de détecter, de nous préparer et de riposter à ces menaces, soient renforcées dans le cadre de la sécurité sanitaire mondiale».

Le ministre de l’Enseignement supérieur assure que l’Etat a pris des mesures pour faire face à la situation. «Nous avons des laboratoires de très haut niveau et bien équipés comme l’Institut de recherche en biologie appliquée de Guinée (Irbag) (ancien Institut Pasteur), dont nous avons délocalisé une partie à Nzérékoré qui s’occupe des maladies infectieuses dans cette région. Au niveau de Conakry, nous avons l’Institut de virologie situé à Nongo où nous faisons actuellement les analyses. Nous avons aussi le laboratoire intermédiaire de l’Institut Pasteur que nous sommes en train de construire au sein de l’Université Gamal. Parallèlement, nous sommes en train de renforcer la formation dans ce domaine, puisque le recrutement des étudiants à la faculté de médecine va recommencer cette année». Aussi, le ministre Abdoulaye Yéro Baldé annonce que l’Etat est en train d’équiper ces laboratoires en biologie et microbiologie.

Par Le Populaire

Related posts

Au nom de la laïcité, libérez Nanfo Ismaël Diaby

Diallo Tidian

Liberté de la presse : La Guinée perd 3 points

Diallo Tidian

Miss Nicole Jessica Camara: Le poing levé contre les violences

Diallo Tidian

Leave a Comment

1 TIME OFFER !

OFFRE SPÉCIALE RENTRÉE : Profitez de -30% sur votre abonnement de 1 an sur le Populaire guinée Digital

Abonnez-vous !