Le Populaire
Actualités Conakry Guinee Politique Sociéte

Un collectif des plateformes de la société civile se ridiculise devant la presse

Ce samedi 21 novembre 2020, un Collectif des plateformes de la société civile s’est ridiculisé devant la presse guinéenne en changeant sa conférence de presse initialement prévue en une simple formalité de présentation d’une déclaration controversée. Une attitude qui laisse apparaître au grand jour une incapacité à défendre sa position.

Tout commence aux environs de 11h20 dans la grande salle de la maison de la presse où le soi-disant Collectif des plateformes de la société civile devrait tenir une conférence de presse avec une banderole  sur laquelle on peut lire ‘‘Conférence de presse du collectif des plateformes de la société civile guinéenne sur la situation sociopolitique’’.

Craignant certainement qu’il ne puisse pas soutenir les propos développés dans sa déclarations et ayant peur de se faire ridiculiser par les journalistes, le collectif a jugé bon de transformer à la dernière minute sa  conférence de presse en la présentation d’une déclaration.

Comme si ses membres (sur la photo) étaient tous pris de panique, leur porte-voix du jour n’a pas daigné  présenter à la presse les membres de la délégation. Elle a alors lu une déclaration pleine de contradictions : « il est inopportun d’envisager une quelconque révision de la constitution actuelle. Cependant, le collectif des plateformes de la société civile guinéenne souhaite dans l’avenir, l’introduction de la candidature indépendante au cours d’une prochaine révision ».

Selon sa manière de voir, tout porte à croire que l’introduction éventuelle de la candidature indépendante dans la nouvelle Constitution ne constitue pas une révision de celle-ci. Pis encore, ce Collectif qui se désolidarise de la position du Cnosc Guinée, la plate-forme  considérée comme étant la plus représentative de la Société civile guinéenne dirigée par Dr Dansa Kourouma.

Il s’égare plus loin en esquivant toutes les questions de forme et de fond que les journalistes ont souhaité poser autour de cette fameuse déclaration publiée trois jours seulement après celle du Cnosc Guinée appelant les acteurs politiques et sociaux à un sursaut  national pour sauver le pays.

A voir aussi le nom des signataires de cette déclaration, on se rend compte qu’ils ne sont que l’ombre d’eux-mêmes. La preuve par dix est qu’aucune de ces colonies de mange-mil ne peut revendiquer  une représentation  sérieuse à Coyah, la préfecture la plus proche de Conakry. A plus forte raison dans l’une des capitales régionales du pays.

Par Le Populaire

Related posts

La Lonagui offre 150 masques aux hommes de médias

Diallo Tidian

Jean-Célestin Edjangue, journaliste et écrivain panafricain: «Mon combat pour les jeunes»

Diallo Tidian

Aboubacar Soumah, un transhumant qui veut bouffer du Sidya

Ehadj Aboubacar Diallo Kaba