Le Populaire
Actualités

FranceAfrique: Comment la France a radicalisé Sékou Touré.

A l’occasion de l’An 63 de la République de Guinée, nécessité oblige, nous nous intéressons à un
pan de notre histoire, celui marquant la genèse de la jeune Nation, qui a su saisir sa chance et
s’affranchir du joug colonial au temps opportun. Grâce à la bravoure et la clairvoyance
d’Ahmed Sékou Touré et ses compagnons de toutes obédiences confondues, la Guinée devient
libre le 2 octobre 1958, après le Non au projet de la Communauté proposé par Général de
Gaulles revenu aux affaires. Comment la métropole a-t-elle réagi à ce « Non » aux conséquences
lourdes dans les relations franco-guinéennes ? Comment Sékou Touré, pur produit de la
Franceafrique devient-il la cible à abattre ? Comment, il s’est mué en dictateur pour faire vivre
son pays dans un tourbillon de « complot permanent » pendant un quart de siècle ? La France
en a une part de responsabilité. C’est ce que nous allons démontrer à travers ces lignes, en
espérant que le temps est venu pour les historiens de rétablir la vérité.

Genèse d’une longue brouille entre Paris et Conakry

Tout est parti lors de l’escale du Général de Gaulles à Conakry le 25 août 1958 alors qu’il était en
tournée de sensibilisations des populations africaines sur le bien-fondé de son projet de Communauté
entre la France et ses colonies, en terme clair un projet ‘’de fédération des pays autonomes’’ régie par
une nouvelle Constitution de la Vème République. Il comptait soumettre son projet aux populations par
voie référendaire, le 28 septembre 1958. Si partout ailleurs, l’homme du 22 juin 1940 a eu la certitude
de récolter le « Oui » à son projet de Communauté, tel n’a pas été le cas en Guinée où Sékou Touré,
chef du Gouvernement de Guinée prônait déjà dans certains milieux « l’union libre avec la France ».
Dans son discours mémorable, le maître de Conakry dégage la voie vers la liberté et la dignité des
peuples africains en proclamant «Nous préférons la liberté dans la pauvreté qu’à la richesse dans
l’esclavage ». Une allocution « jugée provocatrices » par les maîtres colons dépassés par la tournure
des évènements.

Le ton emphatique et martial de Sékou Touré, les applaudissements nourris de la foule dévouée à son leader ont heurté la sensibilité du Général de Gaulle. Le vieux Général prend cette sortie du jeune leader guinéen – il avait 36 ans- comme un affront et une attaque contre son projet et l’œuvre de la France en Afrique. Il laisse entendre que la Guinée pourra prendre son indépendance en votant « Non ! » le 28 septembre et la métropole n’en fera pas obstacle, mais elle en tirera les conséquences. Déjà, en effectuant sa tournée à travers le continent, de Gaulle a fait comprendre que le Non est synonyme de cession, donc la rupture totale avec la France.

Sur ce, Charles de Gaulle dit « adieu » à la Guinée mais sans pardonner Sékou Touré. Dans ses
Mémoires, édités par Presses de la Cité en 1975, Général Raoul Salan, chef de l’Armée en Algérie,
qui reçoit de Gaulle à Alger quelques jours après l’incident de Conakry, rapporte un témoignage
éloquent : « Me serrant la main, il explose soudain : Salan, ce qui s’est passé à Conakry est
insensé…Je ne concevais pas pareille haine à l’égard de la France et à moi-même. Une vieille femme
sur le côté de ma voiture, a fait le geste de soulever sa jupe et a craché sur le véhicule. Puis qu’ils
veulent l’indépendance, eh bien, qu’ils la prennent, mais ils n’auront plus un sou ! ». Ainsi le ton est
donné. Si sur le plan diplomatique, en dépit des obstacles posés par l’ancienne métropole, la jeune
République deviendra, le 12 décembre 1958, le 82 ème Etat membre de l’ONU, la sauvegarde de
l’indépendance acquise ne sera pas facile. Le pays croisera le fer aux forces impérialistes tout le long
des années 1960 !

Si rien n’indique officiellement l’implication directe de l’Etat français dans toutes les tentatives de
renversement du Président guinéen, par contre on remarquera que l’homme de réseaux et de coups
fourrés de l’Elysée, Jacques Foccart, va activer la machine à complot pour abattre Sékou Touré afin de laver l’affront infligé à la France et son Général de Président, et aussi dissuader toute velléité chez les
autres colonies de lui emboiter les pas au risque de désintégrer l’Empire colonial. Evidemment, ce qui
finira par arriver en 1960, bien que la France continue à sauvegarder jusqu’à nos jours son pré-carré
africain contre vents et marrées. Comme nous allons le voir, Sékou Touré, devenu l’icône des peuples
opprimés et porte-étendard des mouvements de libération nationale sera pour Jacques Foccart un
danger à écarter.

Dès lors, Sékou Touré devient l’homme à abattre. La France, du moins à travers ses services secrets et
les réseaux de Jacques Foccart, ne manquera pas d’initiatives pour se débarrasser de lui. L’affront
subi par de Gaulle et le rejet de la Communauté amènent Paris à agir contre la jeune République
progressiste. Un échec de Sékou Touré servirait de leçon aux autres, tuant en eux toute velléité
d’indépendance. Surtout que Conakry ouvre ses portes aux pays de l’Est. Un autre vecteur de
propension du communisme en Afrique alors qu’on est en pleine guerre froide et de positionnement
entre puissances.

Punitions d’ordre économique et monétaires

Les premières mesures punitives sont monétaires. Avant le référendum, d’autres diront que ladite
opération commando a eu lieu le 28 septembre, le haut-commissaire de l’AOF, Pierre Messmer basé à
Dakar orchestre un véritable holdup en dépêchant à Conakry des marins et parachutistes français pour
vider les milliards de FCFA de la succursale de la Banque centrale. Sékou Touré encaisse le coup en
réaffirmant sa volonté de rester dans la zone CFA. En fait, il endormait la France pour gagner du
temps. Car d’ors et déjà, il envisage de lancer le franc guinéen. Ce qui nécessitait la création d’une
banque d’émission, l’impression des billets de banque et de les mettre en circulation. Discrètement, le
franc guinéen est imprimé en Angleterre et lancé le 1 er mars 1960. Qu’à cela ne tienne, la France est
prête à la riposte.

Les services secrets, SDECE à l’époque, s’en occupent pour la fabrication des faux
billets du franc guinéens. Ils en ont fabriqué des grosses quantités dans les locaux du SDECE, au 141,
boulevard Mortier à Paris, surnommé « Piscine ». Ces billets sont introduits en masses via des
complices internes en Guinée où les services secrets français possèdent des solides réseaux. Résultats,
le franc guinéen est rapidement déprécié, fragilisant de plus l’économie du pays. Car, après le
Référendum, tous les fonctionnaires français sont sommés par Paris de quitter le pays. Les planteurs
de banane (la Guinée était 2 ème exportateur mondial derrière les Antilles ; 100.000 tonnes par an),
abandonnent les plantations et stérilisent le sol pour 40 ans! « … Cette opération de faux monnayage
démontre que la France bénéficie sur place de nombreuses complicités et que les services secrets
disposent d'un véritable réseau d'agents coordonnés et commandés par l'Élysée, via Jacques Foccart », rapporte Patrick Pesnot et Monsieur X dans leur livre ‘’Les dessous de la Franceafrique’’

Premier complot avorté dès 1959

Malgré le départ des Français, l’Hexagone dispose des intérêts en Guinée. Pechiney, qui a fait des gros
investissements, transforme dans son usine sise à Fria la bauxite en aluminium. Vu le flirt que le
leader guinéen entretient avec Moscou et ses alliés, du côté de Paris, il y a une crainte que cette usine
ne soit nationalisée. La solution est de renverser Sékou Touré. Le Sdece et les barbouzes de Foccart
entrent en action pour tenter un coup de force.

Dès 1959, le premier coup est préparé. Il s’agira d’entrainer des officiers guinéens hostiles à Sékou
Touré à partir d’un pays voisin et trouver des complices à l’intérieur afin d’introduire des armes. Un
pays est trouvé, le Sénégal. A l’intérieur, on choisit le Fouta Djallon. La raison, c’est la région
frontalière avec le Sénégal où la France dispose des bases militaires pour servir aux dissidents des
lieux d’entraînement. Sur cet épisode Patrick Pesnot et Monsieur X nous éclairent la lanterne.  « Au
Sénégal,…ces futurs rebelles officiers peuvent être formés en toute discrétion par des hommes du II ème

choc, le bataillon qui fournit les effectifs du service « action » du Sdece. À l’intérieur de la Guinée, le
plan prévoit de déclencher à la fois un coup d'État à Conakry et un soulèvement armé dans le massif
montagneux du Fouta Djallon, une région proche du Sénégal. On peut donc y faire parvenir des
armes sans trop de difficultés. ».

A l’interne, des opposants au régime, rassurés par la France trouvent des connivences dans les milieux
intellectuels et d’affaires qui craignent déjà l’isolement de la Guinée vu l’option politique prise par le
gouvernement de Conakry. Mais l’un des complices, un catholique se confie à un prélat de son
obédience. Ce dernier, violant le secret confessionnel vend la mèche à un haut fonctionnaire en poste à
Dakar. Paf ! la nouvelle parvient au Quai d’Orsay où on tombe de nu. Le ministre des Affaires
étrangères, Couve de Murville, est dans tous ses états. Renseignement pris, on découvre que Foccart a
préparé seul le coup avec ses réseaux. Mais sans l’Etat français. L’opération ne sera que simplement
gelée.

En Guinée, ce coup de force gelé aura des conséquences graves sur la consolidation de la jeune
Nation. La région du Fouta Djallon et ses habitants seront perçus comme « des hostiles à la
Révolution ». Un instrument que le PDG exploitera à son compte contre ses adversaires ou présumés
l’être originaires de la région, en se fondant sur le nombre important du « Oui » en Moyenne Guinée
par rapport aux autres contrées du pays lors du Référendum gaulliste. Evidemment, au Fouta, c’est le
Non qui a remporté. Le nombre élevé significatif du « Oui » y enregistré s’explique par le fait que la
chefferie traditionnelle abolie en Guinée par décret du gouvernement local le 31 décembre 1957
gardait encore ses tentacules. Sinon, l’écrasante majorité des électeurs de cette région ont voté Non.
Parce que non seulement, le PDG y comptait des nombreux partisans mais aussi, les leaders
originaires de la contrée, Ibrahima Barry dit Barry III (Mouvement Socialiste Africain) et Barry
Diawadou (Bloc Africain de Guinée) en avaient les leurs et se sont bien investis en faveur du Non.
Certes sans l’union sacrée de l’élite guinéenne, le Non n’aurait pas remporté. D’ailleurs, les deux
anciens opposants qui vont intégrer le gouvernement après l’indépendance et fondre leurs partis
politiques respectifs en faveur du PDG, malheureusement le payeront au prix de leur vie plus tard.

L’agression qui devrait venir de la Côte d’Ivoire

Cette parenthèse mise à part, les complots vont s’enchainer contre Sékou Touré. Jacques Foccart,
homme de l’ombre et chouchou de Charles de Gaulle qui n’a jamais pardonné « l’humiliation » que lui
a fait subir Sékou Touré, trouvera d’autres foyers pour rallumer les braises. Un détail qui n’échappera
pas au jeune président, ancien leader syndicaliste, toujours fougueux. « Foccart est le responsable
numéro un de toutes les subversions organisées en Afrique, et particulièrement en Guinée » confiait
Sékou Touré dans une interview accordée à l'agence britannique de Rélévision Visnc:ws en mai 1971.
Le coup suivant sera préparé à partir de la Côte d’Ivoire ; le précèdent n’étant que gelé, il suffirait de
réactiver les conspirateurs. Seulement, en changeant des méthodes. Une attaque militaire est
envisagée. Ils ont dû oublier – ou ne l’ont pas réalisé- que les dictateurs sont des paranoïaques. A force
d’être acculé, le patron de Conakry, jadis imprégné de valeurs républicaines,, devient au fil du temps
dictateur et paranoïaque. Ainsi, il restait constamment sur ses gardes pour ne pas se faire surprendre.
Les dégâts ne manqueront pas en des pareilles circonstances.

Pour la suite de cet épisode, passons la parole à Patrick Pesnot et Monsieur X ; « Et il faut reconnaître
que les initiatives françaises n'ont fait que contribuer à développer chez lui cette obsession du complot. Le dirigeant guinéen soupçonne en particulier des hommes de son entourage immédiat de vouloir le démettre ! Et il décide de dégainer le premier. En avril 1960, quinze jours avant l'opération prévue par
le Sdece, ses services de sécurité arrêtent ces supposés comploteurs. Cette rafle déclenche un vent de
panique chez les vrais conjurés qui se croient découverts. C'est la débandade 'On se dénonce les uns les autres. Tandis que certains, risquant le tout pour le tout, interviennent les armes à la main. Ça se
termine par un massacre. Plusieurs ressortissants français sont arrêtés, des armes sont saisies, l’échec
est patent, total! ».

A partir de là, Foccart réalise en fin la solidité du régime de Conakry qui bénéficie sans doute l’appui
de ses amis de l’Est. Sékou Touré, quant à lui, il mettra l’occasion à profit pour organiser la riposte. Il
gèle des intérêts français. Pierre Rossignol, pharmacien établi en Guinée et très connu ici, arrêté dans
le cadre de complot passera deux ans dans les geôles. Foccart, abandonne tout projet pareil. Du moins
pour un temps. La tension entre Conakry et Paris atteint son paroxysme en 1965 lorsque Sékou
dénonce un autre complot et indexe plusieurs ministres français sans preuves certes. C’est la rupture
diplomatique qui ne sera renouée qu’une décennie plus tard. Et depuis lors, les deux pays entretiennent
des bonnes relations bilatérales.

Le chemin de la vérité sur « les complots permanents » passera par Paris

Quant aux Guinéens, ils subiront les conséquences de ces relations conflictuelles entre leur pays et
l’ancienne métropole jusqu’en 1975, année de la réconciliation ; et au-delà toutes les dérives
dictatoriales du Premier Régime Révolutionnaire. Pourtant, Sékou Touré non compris par la France,
n’était pas hostile à l’ancienne puissance coloniale. D’ailleurs, il était pur produit de la FranceAfrique,
concept forgé par son ex-menton Félix Houphoët Boigny. Panafricaniste dans l’âme, il voulait
l’indépendance de son pays et celle de tous les peuples opprimés. Acculé par l’ennemi, la paranoïa
aidant, il tombe dans le piège de complot permanent. Nombre des Guinéens en seront victimes, sans
forme de procès. Ces violences politiques, restant impunies, vont s’enchainer jusqu’à ce jour. Cette
sombre période de notre histoire comme tant d’autre reste à éclairer. La France détenant les archives,
même si la plupart des acteurs de cette époque ne sont plus de ce monde, peut aider la Guinée à
élucider ce pan de son histoire selon les normes requises pour déclassifier les dossiers placés secrets
d’Etat.

Quant à nous les Guinéens, la transition qui vient de s’ouvrir est l’occasion offerte pour interroger
notre passé pendant ces 63 ans dans l’objectivité et l’amour de la patrie. Une transition bâclée ne fera
qu’endormir une crise multidimensionnelle, latente et asymétrique dont le réveil serait fatal. Ce n’est
pas un pouvoir civil, issu des urnes, qui fera ces assises nationales. Alpha Condé, ancien condamné à
mort par contumace, et opposant historique a prouvé l’évidence. En 11 ans de règne, il n’a pas pu
réconcilier les Guinéens. Or, pour bannir le communautarisme, l’ethno stratégie, l’impunité et poser
les jalons d’un Etat de droits doté d’institutions solides, c’est d’abord la réconciliation. Afin de taire
les rancœurs, on doit se parler sans ambages. Vivement les Assises nationales de Justice, Vérité et
Réconciliation.

Oumar Kateb Yacine
Consultant-Analyste
Président de l’Institut Afrique Emergente
Courriel : yacinebah@gmail.com

Related posts

Antonio Souaré dans le viseur broyeur du président Alpha Condé

Diallo Tidian

L’état d’urgence renouvelé pour un mois, mais …

Diallo Tidian

Le ministre Taran Diallo dénonce…

Diallo Tidian