Le Populaire
Actualités Conakry Guinee Politique Sociéte

Pendaisons et assassinats de 1971, on réclame justice pour les victimes

A l’appel de l’Association des victimes du camp Boiro (Avcb), plusieurs dizaines de Guinéens se sont rassemblés lundi sur le Pont-des-pendus, situé à l’entrée principale de la cité de Kaloum à Conakry, pour rendre hommage aux victimes des pendaisons et assassinats du 25 janvier 1971 et mois suivants. Moment marquant du rassemblement, la cérémonie de dépôt des gerbes de fleurs suivie du discours du Secrétaire exécutif de l’Avcb, Abdoulaye Conté.

Au nom de l’association, il réclame justice en faveur des victimes. « Cela fait plus de 50 ans que des Guinéens appartenant à toutes les familles sont dans des fosses communes, affirme M. Conté. Les graves purges perpétrées par le Pdg (le parti unique au pouvoir à l’époque) et son leader Sékou Touré laissent encore des milliers de familles sans deuil, en larme, dans la souffrance. Des tueries massives, violentes, inhumaines suite à des condamnations extrajudiciaires dans l’irrespect total des lois de notre pays qui ont commencé en 1959, s’exacerbent en 1971 jusqu’en 1983 ».

« Comment peut-on haïr ses élites, les premières personnes ressources d’un pays nouvellement libéré de la colonisation ? Qu’est-ce qui peut justifier ces éliminations physiques et la réduction des familles à l’état de pauvreté? Après 50 ans, nous n’avons encore pas la réponse » à ces questions, affirme M. Conté.

« Aujourd’hui, nous victimes et fils de victimes de toutes ces répressions, appelons à se pencher sur cette page douloureuse de notre histoire. Il est temps de mettre fin à l’omerta savamment entretenue. Il est temps que la vérité et la justice réconcilient les Guinéens avec leur passé. »

 Appel aux représentants de l’actuel régime

 L’Avcb demande le soutien au ministre d’État, ministre chargé des Affaires présidentielles, ministre de la Défense nationale, Dr Mohamed Diané, de lui apporter son soutien « aux noms de ses frères défunts ». Au Premier ministre Ibrahima Kassory Fofana, « de faire de cette question une priorité de sa mandature pour la Guinée et pour l’ambassadeur Kassory Bangoura ». Et président Alpha Condé qui fut condamné à mort par contumace, « d’instruire son gouvernement afin que le dossier du camp Boiro soit débattu, car chacun a perdu un ou plusieurs membres de sa famille dans ces purges »

Cet « appel à la vérité et à la justice (…) pour un véritable Plus jamais ça » formulé par l’association des victimes a « besoin d’être entendu». Cette cérémonie qui ravive un douloureux souvenir, s’est poursuivie par une séance de lecture du Saint Coran organisée à la Cité ministérielle de Donka, commune de Dixinn, au domicile du premier Secrétaire général de l’Organisation de l’unité africaine (Oua) actuelle Union africaine (Ua) et ancien ministre de la Justice, feu Telli Diallo, mort en détention au camp Boiro le 1er mars 1977.

Par Léon Kolié

Related posts

Bah Thierno Mamadou, président du parti NGC : «Un homme politique doit, au-delà des discours, avoir des idées et des initiatives au bénéfice des citoyens»

Diallo Tidian

Enrôlement des mineurs : l’opposition dénonce

Diallo Tidian

Covid-19 – Don de la Province Shanxi de Chine à la Guinée

Diallo Tidian