Vous êtes ici : Accueil » Blog » Rencontre avec Cellou Dalein Diallo à Dakar
ActualitésAfriqueConakryGuineePolitique

Rencontre avec Cellou Dalein Diallo à Dakar

C’est hier vendredi 26 janvier 2024 que nous avons rencontré Cellou Dalein Diallo dans la capitale sénégalaise, Dakar. Le rendez-vous était prévu la veille, mais les obligations du président de l’UFDG et de l’ANAD dans cette mégapole ouest-africaine, qui accueille plus d’un million de ses partisans et sympathisants, en ont décidé autrement.

C’était pratiquement notre premier entretien depuis que l’ancien premier ministre (*)  a fait le saut en politique, après que ses compétiteurs (certains vont jusqu’à les qualifier d’ennemis) dans l’appareil gouvernemental « du système Lansana Conté » soient parvenus à détériorer sa relation privilégiée avec le deuxième chef d’Etat guinéen.

Notre première rencontre date de la fin des années 90, alors qu’il était ministre Senior, notamment en charge du département des Transports, qui gère Air Guinée. Ce, en raison d’un intérêt manifesté par un groupe canadien du Québec pour relancer la compagnie. Un projet que nous menions grâce au soutien de l’Ambassadeur de l’époque, Amara Djoubar Soumah, mais qui prit fin avec l’entrée dans le dossier de Mamadou Sylla, patron de Futurelec.

Ce n’était pas pour une interview que nous étions chez le vice-président de l’Internationale Libérale. Nous lui avons précisé que ce ne serait qu’un échange sur certains sujets, une espèce de ‘à bâtons rompus’, même si nous avions été tenté, à un moment donné, d’aborder la cas de la commission rogatoire que la Justice guinéenne a confiée à celle du Sénégal pour l’interroger dans l’affaire Air Guinée.

Il fallait faire vite et bien vu que d’autres personnes l’attendaient et qu’il préparait un voyage pour le lendemain (ce samedi). Alors, nous lui avons demandé si la situation actuelle ne commence pas à ressembler à celle de juin-juillet 2020, au lendemain du coup d’État constitutionnel du 22 mars, et que les forces vives vont le lâcher. Nous lui avons fait remarquer que les forces vives actuelles sont diverses et n’ont pas les mêmes intérêts. Remarque qu’il a comparée à celle faite par un confrère sénégalais, qui lui aurait dit que son constat est que toute la classe politique est contre lui…. « Peu importe. Le plus important est que le peuple soit majoritairement avec moi…« , réagit-il.

Comme ses collègues des Forces vives, Cellou Dalein Diallo dénonce le non respect de la Charte de la Transition, les tueries de dizaines de jeunes guinéens, le forcing du CNRD pour installer « illégalement » des responsables communaux et régionaux de son choix, le refus de  mettre en place une administration électorale autonome.

Ibrahima Sory BALDÉ
www.guinafnews.org

Related posts

Pendaisons et exécutions du 25 janvier, 31 juillet et 18 octobre 1971 : la purge qui décima l’élite guinéenne

Diallo Tidian

Sur la Can 2025, seule la Caf peut démentir

Diallo Tidian

L’appel de Me Fodé Abass Bangoura aux journalistes: Adoptez la devise «l’union fait la force»!

Diallo Tidian