Actualités Art & Culture Basse Guinée Guinee Politique Sociéte

Tentative d’expropriation de l’Eglise catholique à Coyah : Ce n’est pas sain pour le site de Kendoumaya

A Kiffénériah, une localité de Kendoumaya située à 6 km de Coyah, le domaine agraire de l’Eglise catholique, acquis il y a 23 ans, est en passe d’être attribué à des tiers. Et pour cause ?

Des spéculateurs fonciers, soutenus par une longue chaine de complicités dans laquelle sont cités des autorités préfectorales et des cadres hauts-placés dans l’administration guinéenne, s’approprient ce bien de l’Eglise au nom d’on ne sait quelle loi.

Le 20 août dernier, alors que le litige autour de ce domaine fait l’objet d’une procédure judiciaire pendante devant la Cour d’Appel de Conakry, des personnes malintentionnées ont entrepris le lotissement du domaine contre le gré de l’institution religieuse.

Comme si cela ne suffisait pas, le samedi 19 septembre 2020, des émeutiers, usant de manip et d’intox, ont barricadé les entrées et les sorties de Kendoumaya pour prêter main forte à des agents de l’habitat de Coyah venus procéder au lotissement d’un autre domaine appartenant à l’Eglise catholique. La communauté chrétienne de Guinée assiste impuissante à ces deux événements.

Omerta

Dans un communiqué publié 20 septembre dernier, l’archevêque de Conakry, Mgr Vincent Coulibaly, a attiré l’attention de l’opinion publique nationale sur ces « événements qui se déroulent actuellement » dans cette localité, « où, écrit-il, grâce à Dieu, le pire a été évité ».

Il a appelé de tous ses vœux l’arrêt des opérations d’expropriation, et au respect du « droit » et du « principe de laïcité » pour « tous les citoyens du pays ». En vain. Ce n’est pas une première dans ce pays. Depuis l’indépendance de la Guinée en 1958, quand un bien immobilier de l’Eglise catholique est ciblé pour des fins d’expropriation par l’Etat, c’est l’omerta.

Actuellement, les démarcheurs fonciers s’apprêtent à vendre les parcelles issues de cette opération à des acquéreurs auxquels ils présentent des documents estampillés en bonne et due forme par les services de l’Urbanisme et de l’habitat de la préfecture de Coyah.

Lieu de retraite et de formation

A Kendoumaya, il existe quatre institutions de l’Eglise catholique. La première est la communauté des Frères de Saint Jean ouverte le 16 août 1993.

Deux ans après, la communauté des Sœurs de Saint Jean a été ouverte. Viendra plus tard en août 2004, la communauté du Noviciat des Petites Sœurs de Notre Dame de Guinée.  Puis, en 2008, le Grand Séminaire Benoît XVI  où sont formés des prêtres de Guinée.

Le site est approprié pour la retraite spirituelle et les formations. Il a abrité aussi des résidences d’écriture organisées de façon saisonnière par des maisons d’édition promotrices de la poésie, avec le soutien d’institutions culturelles, basées à Conakry. Mais les événements en cours mettent en péril tout cela, y compris les visites touristiques. L’environnement social n’est plus sain à Kendoumaya.

La complicité des autorités locales et le silence de carpe des Affaires religieuses ne favorisent pas la sécurité et la quiétude nécessaires à la présence des prêtres, religieuses et séminaristes dans cette localité et ses environs.

 Par Le Populaire

Related posts

Le Directeur général de la Police allègue, le Trésorier de l’Ufdg dément: Maladho réfute les accusations de Baffoé

Ehadj Aboubacar Diallo Kaba

Alpha Saliou Wann pilonne Sékhoutouréya

Diallo Tidian

La Banque mondiale appuie la Guinée avec 99 motos et 24 véhicules à travers le PRSCS

Diallo Tidian