Actualités

Voici pour quoi envoyer le dossier 28 septembre à la Haye….

La rédaction de l’hebdomadaire “Jeune Afrique” qui l’écrit : Crimes contre l’humanité : le code pénal guinéen ne les réprime que depuis 2016.

Explication: Une interprétation contestée par les avocats des parties civiles, qui rétorquent que ce même réquisitoire visait le rapport international d’enquête de l’ONU sur les événements du 28 septembre 2009, lequel s’appuie sur le Statut de Rome, instituant la Cour pénale internationale (CPI), dont la Guinée est signataire depuis 2003. Un statut qui couvre notamment les crimes contre l’humanité.

Pour preuve, considèrent-ils, l’examen préliminaire ouvert depuis octobre 2010 par la CPI totalise quinze missions à Conakry. Et la procureure générale Fatou Bensouda a elle-même souligné en décembre, lors de la 16e session des États parties au Statut de Rome, l’intérêt que sa juridiction accorde à ce dossier.

Par Gabriel Gaspard

Related posts

Vers un 3e mandat pour Condé : les formalités vont bon train

Diallo Tidian

Pathé Barry, l’unijambiste révélé par l’acte III du Fndc

Entrevue : Laure d’Hauteville dévoile la foire qui fait de Beyrouth la capitale de l’art du Moyen Orient

Diallo Tidian

Leave a Comment

1 TIME OFFER !

OFFRE SPÉCIALE RENTRÉE : Profitez de -30% sur votre abonnement de 1 an sur le Populaire guinée Digital

Abonnez-vous !