Vous êtes ici : Accueil » Blog » L’AJGF fête le 8 mars autour d’un panel dédié à la femme
ActualitésAfriqueArt & CultureDiasporaEducationGuineePolitique

L’AJGF fête le 8 mars autour d’un panel dédié à la femme

A l’occasion du mois international de la femme, le Pôle des affaires sociales, étudiantes et féminines de l’Ajgf (Association des jeunes guinéens de France a organisé une rencontre le 2 mars 2024 à la Maison des initiatives étudiantes à Paris pour évoquer la thématique « Egalité hommes et femmes en milieu professionnel».

Actuelle maire de Daralabé, la panéliste principale de la rencontre est l’ancienne ministre des Postes et Télécommunications et du ministre du Tourisme, Mme Camara Aminatou Barry. Elle a longuement pointé du doigt les anomalies dans les foyers domestiques. « Les mauvais comportements et manque d’éducation en famille (constituent) le premier défi à relever dans le milieu africain », indique Mme Camara Aminatou Barry. « Tout part de là. C’est à ce niveau qu’il faut réagir, insiste-t-elle avant d’aller «au niveau de la législation pour des mesures adéquates ».

L’ancienne ministre évoque aussi l’amalgame qui existe entre l’égalité et l’équité. « On veut l’équité et non pas l’égalité, parce qu’un homme ne portera pas une grossesse. Nous ne sommes pas pareilles avec les hommes. Donc, les femmes, bâtez-vous! Ayez beaucoup plus de compétences ! On vous donnera votre place ».

La fondatrice de l’Association des jeunes guinéens de France Mme Mariama Diallo renchérit dans la même lancée. « Une femme reste une femme. Elle a le droit de porter des enfants. Faisons plutôt la promotion de l’équité. Bien qu’on soit pressé que ça évolue vite. Plusieurs femmes se sont distinguées en s’engageant pour faire changer les mentalités ». Mme Mariama Diallo formule un conseil: « il ne faut surtout pas aller en guerre, mais lutter de manière rationnelle».

Le comité d’organisation met en place un jeu dénommé : Question pour un champion. Les candidats se prêtent aux questions-réponses dans un duel de compétition intellectuelle. Slameurs et chanteurs ajoutent du bon et du beau à entendre. Puis, une remise de prix de reconnaissance sacre des membres de l’AJGF pour leur implication dans le rayonnement et la réussite de l’Ong.

La célébration de la femme voulue et réalisée par le Pôle des affaires sociales, étudiantes et féminines de l’Ajgf se termine autour d’un cocktail. L’événement offre ainsi à l’Ajgf une belle occasion pour magnifier la femme, dresser le bilan de la lutte qu’elle mène, inciter à lutter davantage et susciter la réflexion sur les meilleures stratégies à mettre en place pour améliorer la condition de la femme partout et dans tous les pays du monde.

Par Tidiane Diallo

Related posts

Au nom de la laïcité, libérez Nanfo Ismaël Diaby

Diallo Tidian

Elhadj Boubacar Biro Diallo inscrit au rang de Trésor humain vivant

Diallo Tidian

Le Premier ministre Bernard Gomou « mesure l’ampleur de (sa) responsabilité »

Diallo Tidian