Le Populaire
Actualités Afrique Art & Culture Conakry Guinee

72H du livre: La 13e édition entre lutte féministe et promotion de paix en période pandémique

A l’exception de l’année  dernière, fortement impactée par le coronavirus, les 72 heures du livre se tiendront cette année les 23, 24 et 25 avril à Conakry. Un protocole de sécurité sanitaire sera mis en place dans le cadre du respect des mesures liées à la lutte contre la covid19 et à la maladie à virus Ebola.

Le thème de cette 13e édition porte sur ‘‘La covid-19: la place des femmes, de la jeunesse et la paix dans le pays dont nous rêvons’’ dans un monde devenu un village planétaire. Pour ce thème d’actualité et face à cette réalité qui s’impose à tout pays, l’Association Guinée Culture et la maison d’édition l’Harmattan Guinée, à travers les 72 heures du livre, souhaitent « contribuer à valoriser les publications sur les femmes et les jeunes autour de la paix en période de pandémie » qui continue de bousculer les certitudes.

Activités

Les organisateurs sont déterminés à assurer un meilleur accès au public à travers une exposition de trois jours dédiée à la vente d’ouvrages de plusieurs maisons d’éditions, à des rencontres des acteurs de l’édition africaine autour des conférences, des débats et des formations.

Il sera également l’occasion de découverte de livres autour des questions des femmes et de la jeunesse. Mais aussi de vente de livres scolaires et universitaires. Des nouvelles parutions seront dévoilées en présence des auteurs et des éditeurs, bien évidemment.

Pour consolider les dispositions des acteurs dans la littérature jeunesse. Et porter encore plus haut le Prix littéraire du jeune écrivain guinéen. Car, l’objectif que fixent Sansy Kaba Diakité (sur la photo) et son équipe d’organisation est d’incarner Conakry, capitale africaine du livre qui fera son ouverture par la célébration de la Journée mondiale du livre décrétée par l’Unesco le 23 avril.

L’événement va mobiliser un grand monde à Conakry pour promouvoir davantage une meilleure connaissance de culture égyptienne et renforcer les compétences des femmes et filles à travers des formations.

Par Ahmed Tidiane Diallo

Related posts

Partenariat de Ouagadougou : Bintou Bamba présente son bilan annuel à Cotonou

Diallo Tidian

L’autre face cachée du double scrutin du 22 mars 2020: La marchandisation des militants de l’opposition

Diallo Tidian

Feu vert donné à l’Anafic pour booster le développement local

Diallo Tidian