Le Populaire
Actualités Conakry Guinee Sociéte

Dossier feu Antonio Dumas, un an après : effets personnels restitués, arriérés en négociation

Un an après son décès en Guinée et son inhumation dans son pays, le Brésil, les effets personnels de l’entraîneur de football Antonio Dumas ont été restitués au représentant légal de sa famille. Mais le contentieux sur le paiement de ses arriérés de salaires n’a pas été résolu.

La cérémonie de restitution des effets personnels et de la valisette de l’entraîneur de football, le brésilien Antonio Dumas, s’est déroulée sous la supervision d’un huissier de justice, le 22 décembre 2020 dans l’enceinte du stade de la Mission catholique à Conakry, siège de l’Association sportive du Kaloum (ASK), le club qu’il entraînait au moment de son rappel à Dieu le 30 décembre 2019 dans une clinique de Conakry.

En présence du Consul honoraire du Brésil en Guinée, M. Mohamed Faouaze et d’une délégation de la Fédération guinéenne de football conduite par son Secrétaire général, le colonel Akoi Koivogui, le secrétaire général de l’Ask, M. Aboubacar Touré, qui avait à ses côtés quelques membres de son staff dont le chargé de la communication du club, Joseph Siba Guilavogui, a rendu un vibrant hommage au défunt.

Au nom de l’Ong Guinée vision sport, M. Aboubacar Bangoura, a indiqué qu’un règlement à l’amiable des arriérés de salaire de feu Antonio Dumas suivait encore et toujours son cours.

Ce discours émouvant, et plein d’enseignements, est suivi d’une musique de quelques secondes en hommage du défunt par le trompettiste et flûtiste de renom, Maître Barry. Un laïus du Consul Faouaze, tout aussi remarquable, rappelle qu’un accord de coopération, liant la Guinée au pays du roi Pélé, existe. Depuis des années. Il attend le feu vert de la partie guinéenne pour être mutuellement profitable au développement du sport dans la patrie du premier Ballon d’Or Africain,  Souleymane Chérif.

Mutisme autour du dossier

Passé le temps de l’hommage et de la séance de remise officielle d’une valisette  corrodée, rongée par les insectes, entrouverte et aux flancs et roulettes présentant des toiles d’araignée, les officiels et les invités de marque se quittent. Sans avoir été situés sur l’état d’avancement de la procédure de règlement à l’amiable des impayés de l’entraîneur décédé.

DUMAS Ana Paula Padrão Toninho

Pourtant, un mutisme ne vaut pas la peine d’être entretenu autour du dossier Dumas. Un silence déplorable n’y a pas sa place.

La cérémonie de restitution des effets personnels de Dumas, un an après son décès, devrait être l’occasion d’annoncer à la planète du Cuir-rond le règlement définitif du contentieux par le paiement des arriérés de salaire à ses légataires. Au moins en signe de reconnaissance aux services rendus au football par quelqu’un qui a laissé tous les autres pays du monde pour porter son dévolu sur l’Ask et la Guinée.

L’hommage rendu à Dumas par l’Ask est touchant. Mais il aurait eu une grande dimension humaine s’il ne s’était pas arrêté au stade du discours.

Au demeurant, dans un club de Ligue pro comme l’Ask, un expatrié ne devrait même pas rester plus de trois mois sans être payé. A plus forte raison huit mois sans sous. Il est surprenant que Dumas ait vécu cela en terre africaine de Guinée. C’est démentiel.

Pour le futur des relations entre un entraîneur expatrié et un staff dirigeant de club, les faîtières du football guinéen gagneraient bien à contribuer au règlement rapide et définitif de cette affaire qui n’a que trop duré. Les hauts responsables du football guinéen devraient être utiles à cela aussi.

Par Le Populaire

Related posts

Rejoindre Djoma médias mais avec le cœur toujours à Djigui FM (Lamine Mognouma Cissé)

Diallo Tidian

Loi sur la HAC : L’AGEPI espère que les acquis seront conservés

Diallo Tidian

Féguifoot : Bory Bah, la bonne personne au bon poste

Diallo Tidian