Actualités Afrique Diaspora Guinee Politique Sociéte Sports

Fête nationale guinéenne en Hauts-de-France. Les leaders de la Fag-Hdf font le point des préparatifs

Cette année, dans la capitale des régions nord de la France, l’An 62 de la Guinée sera célébré en trois temps : conférence-débat, tournoi de football et spectacle culturel.

Les membres de la Fédération des associations guinéennes en Hauts-de-France (Fag-Hdf) sont à pied d’oeuvre. La célébration de la fête de l’indépendance les 9 et 10 octobre dans cette partie de la France a une spécificité. Cette année, les leaders de la Fag-Hdf souhaitent prouver que 2020 est une année décisive avec des enjeux majeurs pour la Guinée. « C’est pourquoi, l’une des spécificités de cette commémoration est de répondre objectivement à la problématique du respect d’un véritable État de droit en Guinée. Ceci, pour permettre d’une part à nos institutions d’être fortes mais aussi et surtout, de respecter nos lois en vue de garantir notre justice qui est gage de toute stabilité, de la cohésion sociale et du développement socioéconomique », explique l’un des leaders de la fédération.

Le souhait est « que chaque guinéen se pose les bonnes questions, que chacun fasse le diagnostic pour le demi-siècle de l’indépendance de notre pays et que nous nous inscrivons pour les dix prochaines années à changer la donne. Il est évident que les gouvernants sont les premiers responsables mais nous avons tous un rôle à jouer et une responsabilité partagée dans le retard qu’enregistre notre pays. Pour nous, c’est l’essentiel à savoir au sortir de cette commémoration. À préciser aussi que la conférence-débat s’effectuera sur notre page Facebook via une application de Stream suivie d’une vulgarisation de nos partenaires ». C’est pour cela qu’ils ont mis en place une programmation bien huilée qui assure davantage « la promotion de la solidarité et du meilleur vivre-ensemble entre les guinéens de France à travers un tournoi de football qui regroupe aussi (leurs compatriotes africains) ivoiriens, maliens, sénégalais, etc. ». Le spectacle culturel à l’affiche « vise le même objectif et mieux encore, participe significativement au rayonnement de la Guinée à l’international ».

C’est un secret de polichinelle. Depuis un an, les leaders préparent ce projet dans un contexte très spécial, marqué par la covid-19 dont l’issue reste incertaine. Ils s’évertuent néanmoins à s’adapter au contexte en suivant l’évolution de la situation du coronavirus. « À date, tout est mis en oeuvre pour que cette célébration commémorative ait lieu dans le strict respect des règles sanitaires », assure, l’un d’entre eux. « En ce qui nous concerne, commente un autre leader et non des moindres, nous sommes prêts, nous continuons à faire tout le déploiement nécessaire pour la mise en oeuvre et la réussite de cet événement. En espérant que d’ici là, les spectacles vivants ne soient encore interdits en Hauts de France ».

la question de savoir quelles sont leurs attentes en termes de mobilisation de la communauté guinéenne et africaine des Hauts-de-France autour du thème central, et de résultats sur l’appropriation du message de cet événement qui se tient à quelques jours de la présidentielle du 18 octobre, les leaders de la Fag-Hdf répondent en choeur : « Nous avons la chance d’appartenir à des réseaux d’acteurs de la société civile».

Par bonheur, « des invitations sont déjà adressées à plusieurs structures à la fois guinéenne mais aussi africaine ». Et les retours indiquent qu’un grand monde sera au rendez-vous. Les leaders de la Fag-Hdf travaillent à la réussite de l’événement avec le Collectif des organisations de solidarité internationale issues migrations (Cosim) Hauts-de-Fran  ce qui regroupe les Organisations de solidarité internationale issues de l’immigration (Osim). Ils sont « donc convaincus que le public sera au rendez-vous pour répondre ensemble à la problématique inhérente au thème central afin d’avoir des perspectives idoines permettant à notre pays de s’inscrire dans une dynamique d’émergence pour les prochaines années ». L’objectif est d’«impulser un souffle de prise de conscience inclusive en tirant les leçons du passé pour bâtir un avenir radieux pour la postérité ». Cette même dynamique, ils l’ont constamment incarnée avant même la crise sanitaire qui continue de perturber le monde et ses traditions. Le décor est bien planté. Vivement l’événement !

Par Ahmed Tidiane Diallo

Related posts

Scandale : Oxfam reconnaît sa perversité

Soumah tape sur la tête et les pattes de la tortue

Diallo Tidian

Kassory Fofana, sur sa nouvelle mission : « Mon rôle est d’écouter et rendre compte

Ehadj Aboubacar Diallo Kaba