Vous êtes ici : Accueil » Blog » Le CROC adresse un mémorandum au CRD
ActualitésConakryGuineePolitique

Le CROC adresse un mémorandum au CRD

Ce mémorandum a été présenté lors de la conférence de presse du CROC (Collectif Républicain pour le Retour à l’Ordre Constitutionnel) tenue ce lundi 19 février 2024. Lisez !

Mémorandum du Collectif Républicain pour le Retour à l’Ordre Constitutionnel (CROC)

N° : 0001/M/19/02/24

A l’occasion de la réunion d’informations et d’évaluations de certaines coalitions politiques ayant participé au cadre de dialogue inclusif inter-guinéen du 24 Novembre 2022, au siège du Parti FIDEL sis à Bonfi commune de Matam ce Samedi 10 Février 2024, plusieurs manquements relatifs à l’exécution du chronogramme de 24 mois issu de cette concertation avec les acteurs sociopolitiques et conformément aux accords obtenus entre le gouvernement guinéen et la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ont été observés.
Elles sont parvenues aux constats suivants :
 Le retard délibéré dans la mise en œuvre des 35 résolutions du cadre de dialogue inclusif inter-guinéen ;
 La traine de pas du Ministère de l’Administration du territoire et de la décentralisation dans la réalisation effective du Recensement Administratif à Vocation Etat Civil (RAVEC) qui doit fournir le fichier électoral ;
 Le mythe entretenu par le Ministère de l’Administration du territoire et de la décentralisation (MATD) autour de la date d’obtention du fichier électoral, préalablement prévu pour la fin de ce mois de Février 2024 ;
 L’opacité du Conseil National de Transition (CNT) dans l’élaboration du texte constitutionnel et des lois électorales, prévue pour le mois de juin 2022 ;
 L’absence du cadre d’échange sincère entre les acteurs sociopolitiques et les autorités de la transition après la démission des facilitatrices du cadre de dialogue inclusif inter-guinéen ; et
 Le manque de volonté du gouvernement à respecter ses engagements face au peuple de Guinée conformément à la conclusion du cadre de dialogue inclusif inter-guinéen et face à la communauté internationale notamment la CEDEAO, à organiser les élections référendaires ; locales et nationales au cours de l’année 2024.
Conscientes de la dégradation des conditions de vie des populations guinéennes, ces coalitions politiques présentes ont également :
 Déploré les coupures intempestives d’électricité qui étaient devenues de vieux souvenirs pour les habitants de la ville de Conakry et pour ceux de plusieurs milieux urbains ;
 Désapprouvé les mesures restrictives d’accès aux réseaux sociaux sur toute l’étendue du territoire guinéen perpétrées par le gouvernement guinéen de la transition ;
 Exprimé leurs désaccords sans ambages ni équivoque avec les autorités de la transition sur le bâillonnement de la presse privée et les professionnels des médias ;
 Regretté les dispositions dites réglementaires des prix des denrées de premières nécessités par les autorités de la transition qui ont pour conséquence la dégradation du pouvoir d’achat des populations ; et
 Observé avec amertume le retour des vieilles habitudes caractérisées par la corruption, le clientélisme, le laxisme et le népotisme dans la gestion des affaires publiques.
Soucieuses de la préservation de la quiétude sociale, les coalitions politiques exhortent ce qui suit :
• L’accélération du processus du Recensement Administratif à Vocation Etat Civile (RAVEC) par le Ministère de l’Administration du territoire et de la Décentralisation (MATD) afin de rendre disponible le fichier électoral dans un bref délais.
• La publication et la vulgarisation immédiates du projet de la nouvelle constitution par le Conseil National de Transition (CNT) ;
• L’organisation des élections référendaires et générales (communales, législatives et présidentielles) pour la finalisation de la transition du Conseil National du Rassemblement et du Développement (CNRD), dans le respect du chronogramme du 24 mois conclu avec la communauté nationale et internationale ;
• La révision du protocole d’accord entre le gouvernement et le patronat en vue de revoir à la baisse les prix des denrées de premières nécessités ;
• La fourniture permanente de l’électricité aux populations guinéens dans les milieux ruraux et urbains.
• L’engagement rigoureux de lutte contre l’impunité dans la gestion des affaires publiques ;
• La levée immédiate des restrictions sur les médias privés, sur l’internet (réseaux sociaux) et la libération des leaders d’opinions injustement incarcérés ; et
• L’implication des représentations diplomatiques accréditées en Guinée en vue de jouir de leur influence auprès des autorités de la transition pour le respect du chronogramme de 24 mois convenu avec la communauté nationale et internationale.
Les coalitions politiques présentes sont convenues à ce qui suit, de :
1- Créer un forum politique dénommé : le Collectif Républicain pour le Retour à l’Ordre Constitutionnel en abrégé C.R.O.C qui a pour objectif de coordonner une action de soutien autour des valeurs républicaines en vue de faire respecter le chronogramme de 24 mois par les autorités de la transition.
2- Faire du CROC, un instrument résolu de défense des intérêts publics et une alliance électorale pendant les échéances prochaines.
3- Ouvrir le CROC à tous les citoyens guinéens saisis par un vif sentiment de retour à l’ordre constitutionnel.
Conclusion :
Les coalitions politiques regroupées au sein du Collectif Républicain pour le Retour à l’Ordre Constitutionnel (CROC), interpelle les membres du gouvernement, du Conseil National du Rassemblement et du Développement (CNRD), du Conseil National de Transition (CNT) et des Représentations Diplomatiques accréditées auprès des autorités guinéennes de mettre en commun leur talent, leur volonté, leur imagination, afin de rendre possible le retour apaisé à l’ordre constitutionnel, dans le respect du chronogramme de 24 mois.
Vive la République !
Vive le CROC !
Vive le retour rapide et apaisé à l’ordre constitutionnel !
Conakry, le 19 Février 2024
La coordination du CROC

Related posts

Guinée : Un an après le coup d’État, les autorités de transition doivent protéger la presse

Diallo Tidian

Ahmed Kanté, n’est pas seul dans le viseur de la justice, Louncény Nabé de la Bcrg traîne aussi des casseroles…

Diallo Tidian

Troisième envolée du festival de Dubréka

Diallo Tidian