Vous êtes ici : Accueil » Blog » Le plafonnement des prix des denrées de première nécessité !
ActualitésConakryEconomieGuineePolitiqueSociéte

Le plafonnement des prix des denrées de première nécessité !

Un gouvernement qui fuit ses responsabilités cherche toujours à opposer les opérateurs économiques et les consommateurs en cette veille du mois de Ramadan. Durant la crise du carburant, il a été question d’opposer les gestionnaires de stations et les citoyens avec des mesures difficiles à appliquer. Dans une économie en grande partie INFORMELLE, comment peut-on plafonner les prix des denrées sans possibilité de contrôle ?
Les denrées de première nécessité, comme le carburant sont des marchandises, et toute marchandise est soumise à la loi de l’OFFRE et de la DEMANDE. Lors de la crise du carburant, officiellement, le prix à la pompe n’a pas changé. Mais les guinéens de Conakry et surtout de l’intérieur, ont vécu une hausse au marché noir, à cause de la rareté.
Moi, commerçant, si cette décision de plafonnement de prix ne me convient pas, je ferme tout simplement mon magasin pour réduire l’offre sur le marché. Ce manque va AUTOMATIQUEMENT augmenter les prix dans quelques jours.
Nous venons d’assister à une augmentation du salaire des fonctionnaires. Mais si dès le premier mois de 2024, l’inflation absorbe cette hausse de salaire, le fonctionnaire sera confronté aux mêmes problèmes qu’avant l’augmentation.
En cette veille du Ramadan et après cette crise du carburant, un Etat qui se dit RESPONSABLE, aurait prix les choses en main sans avoir besoin de renvoyer dos à dos les consommateurs et les commerçants.
Tout porte à croire que cette décision de plafonnement des prix est juste une incitation aux commerçants de réduire l’offre des denrées dans le but de pousser les prix à la hausse dans quelques jours.
Après la crise du carburant et à l’approche du mois Saint, l’état doit SUBVENTION les denrées, dans le cadre d’un moratoire pour 2024. Comme cela avait été le cas pour la fourniture d’électricité durant la période du Covid.
Assurément, l’année 2024 qui commence va être aussi dure, sinon plus que la fin de 2023.
Que le bon créateur vienne en aide aux populations martyres de Guinée.
Par Mamadou BARRY, analyste financier
Tel : +224 628 28 09 09 Mail : [email protected]

Related posts

Gbagbo chez Condé: la date du séjour de remerciement pas encore fixée

Diallo Tidian

La nouvelle constitution présentée avant fin 2019…

Ehadj Aboubacar Diallo Kaba

Le pari de Fodé Bangoura : « relancer et hisser le PUP » au rang des meilleurs du pays

Diallo Tidian